Xi Jinping : 5 événements qui ont marqué la vision du monde du puissant leader chinois -

Xi Jinping : 5 événements qui ont marqué la vision du monde du puissant leader chinois

Cette semaine se tient à Pékin la sixième session plénière du Comité central du Parti communiste chinois, qui devrait ouvrir la voie à un troisième mandat pour Xi Jinping. Comment le président Xi Jinping voit-il son pays sur la scène mondiale ? Le passé peut peut-être fournir quelques indices, estime Rana Mitter, professeur d’histoire à l’université d’Oxford et spécialiste des affaires chinoises.*

La Chine est une puissance mondiale, ce qui était à peine imaginable il y a quelques décennies.

Sa puissance provient parfois de la coopération avec le reste du monde, comme lors de la signature de l’accord de Paris sur le climat.

Ou parfois, il s’agit de lui faire concurrence, comme dans le cas de l’initiative de la nouvelle route de la soie, un réseau de projets de construction dans plus de 60 pays qui a apporté des investissements à de nombreuses nations qui n’empruntent pas aux puissances occidentales.

Cependant, une grande partie de la rhétorique mondiale de la Chine a également un ton très conflictuel.

Pékin condamne les États-Unis pour avoir tenté de « contenir » la Chine par le biais du nouveau pacte Aukus (Australie-Royaume-Uni-États-Unis) sur la fabrication de sous-marins. Ou bien elle avertit le Royaume-Uni qu’il y aurait des « conséquences » à accorder la résidence britannique aux Hongkongais qui s’opposent à ses décrets.

Et plus récemment, il a dit à Taiwan qu’elle devait se préparer à rejoindre la Chine continentale.

Le président Xi Jinping a placé la Chine sur la scène mondiale avec plus de force qu’aucun de ses prédécesseurs depuis Mao Tsetung, le dirigeant suprême de la Chine pendant la guerre froide.

Toutefois, d’autres éléments de sa rhétorique s’appuient sur des sources beaucoup plus anciennes, remontant à sa propre histoire, tant ancienne que récente.

Voici cinq de ces thèmes récurrents.

1. Les idées confucéennes

Pendant plus de 2 000 ans, les normes de la pensée confucéenne ont façonné la société chinoise.

Confucius (551-479 av. J.-C.) a élaboré un système éthique combinant la hiérarchie – où chacun connaît sa place dans la société – et la bienveillance – l’idée que les personnes occupant une position supérieure doivent s’occuper de leurs inférieurs.

Très adapté au fil du temps, ce système de pensée a soutenu les dynasties chinoises jusqu’à la révolution de 1911, lorsque le renversement du dernier empereur a provoqué un retour de bâton contre Confucius et son héritage de la part de radicaux, dont le parti communiste nouvellement formé.

Une statue de Confucius
 

L’un de ces communistes, Mao Tsetung, était profondément hostile à la philosophie traditionnelle chinoise pendant ses années de pouvoir (1949-1976).

Mais dans les années 1980, les idées confucéennes ont fait leur retour dans la société chinoise, louées par le parti communiste comme les leçons d’une personne brillante dans l’éducation de la Chine contemporaine.

Aujourd’hui, la Chine célèbre l' »harmonie » (hexie) comme une « valeur socialiste », bien qu’elle ait un côté très confucéen.

Et un sujet brûlant dans les relations internationales chinoises est la question de savoir comment le terme « bienveillance » (ren) peut façonner les relations de Pékin avec le monde extérieur.

Le professeur Yan Xuetong de l’université de Tsinghua a écrit que la Chine devait rechercher une « autorité bienveillante » plutôt qu’une « domination », contrairement à ce qu’il considère comme le rôle peu charitable des États-Unis.

Même l’idée de Xi Jinping d’une « communauté mondiale avec un destin commun » a une saveur philosophique traditionnelle. Le président s’est rendu à Qufu, la ville natale de Confucius, et a cité ses paroles en public.

2. Le siècle des humiliations

Les confrontations historiques des XIXe et XXe siècles ont profondément façonné la pensée chinoise sur le monde.

Les guerres de l’opium, au milieu du XIXe siècle, ont vu les marchands occidentaux utiliser la force pour ouvrir violemment les portes de la Chine.

Une grande partie de la période allant des années 1840 aux années 1940 est considérée comme un « siècle d’humiliation », une période de honte qui a montré la faiblesse de la Chine face aux agressions européennes et japonaises.

Au cours de cette période, la Chine a dû céder Hong Kong au Royaume-Uni, le territoire de la partie nord-est de la région de Mandalay au Japon et une série de privilèges juridiques et commerciaux à un certain nombre de pays occidentaux.

Dans l’après-guerre, c’est l’Union soviétique qui a tenté de gagner en influence aux frontières de la Chine, notamment en Mandchourie et au Xinjiang.

Cette expérience a créé une profonde suspicion à l’égard des intentions du monde extérieur. Même des gestes tels que l’adhésion de la Chine à l’Organisation mondiale du commerce en 2001 étaient sous-tendus par une mémoire culturelle des « traités injustes », lorsque le commerce de la Chine était contrôlé par des étrangers, une situation que le parti communiste actuel a juré de ne plus jamais laisser se reproduire.

En mars de cette année, lors d’une négociation sino-américaine à Anchorage, en Alaska, les Chinois ont accusé leurs hôtes de « condescendance et d’hypocrisie ».

La Chine de Xi ne tolère pas l’idée que des étrangers puissent dénigrer leur pays en toute impunité.

3. Allié oublié

Pourtant, même des événements terribles peuvent générer des messages plus positifs.

L’un de ces messages provient de la participation de la Chine à la Seconde Guerre mondiale, lorsqu’elle a combattu le Japon après l’invasion de 1937 et avant que les Alliés occidentaux ne rejoignent la guerre en Asie à Pearl Harbor en 1941.

Au cours de ces années, la Chine a perdu plus de 10 millions de personnes et a retenu plus d’un demi-million de soldats japonais en Chine continentale, un exploit largement commémoré dans les livres d’histoire, au cinéma et à la télévision.

Aujourd’hui, la Chine se présente comme faisant partie de « l’alliance antifasciste » des États-Unis, du Royaume-Uni et de l’Union soviétique, et se place sur un plan moral en rappelant au monde sa place parmi les vainqueurs des puissances de l’Axe.

Un homme devant une vieille photographie

La Chine s’appuie également sur son rôle historique de leader du tiers-monde à l’époque de Mao (par exemple, la conférence de Bandung en 1955 et des projets tels que la construction du chemin de fer TanZam en Afrique de l’Est dans les années 1970) pour renforcer son image de leader dans le monde non occidental.

L’histoire moderne reste un élément clé de la manière dont le parti communiste chinois perçoit sa propre légitimité.

Cependant, certains éléments de cette histoire, en particulier la terrible famine provoquée par les politiques économiques désastreuses du Grand Bond en avant de 1958 à 1962, sont à peine évoqués en Chine aujourd’hui.

Et certaines guerres modernes peuvent être utilisées à des fins plus conflictuelles.

Au cours de la dernière année de relations difficiles entre les États-Unis et la Chine, de nouveaux films ont commémoré la guerre de Corée de 1950-1953, un conflit dont les Chinois se souviennent sous un autre nom : « la guerre de résistance aux États-Unis ».

4. Marxisme

La trajectoire historique du marxisme-léninisme est également profondément ancrée dans la pensée politique chinoise et a été très activement ravivée sous Xi Jinping.

Tout au long du XXe siècle, Mao Tsetung et d’autres dirigeants politiques communistes importants se sont engagés dans des débats théoriques sur le marxisme, qui ont eu d’immenses conséquences.

Par exemple, la notion de « lutte des classes » a entraîné la mort d’un million de propriétaires terriens au cours des premières années du règne de Mao.

Touristes sur la place Tiananmen

Bien que la « classe » soit tombée en désuétude en tant que moyen de définir la société, le langage politique de la Chine d’aujourd’hui est toujours façonné par des idées telles que la « lutte », l' »antagonisme » et les conceptions du « socialisme » par opposition au « capitalisme ».

Des publications de premier plan, telles que l’organe théorique du parti communiste, Qiushi, discutent régulièrement des « contradictions » de la société chinoise en des termes qui s’inspirent largement de la théorie marxiste.

La Chine de Xi définit la concurrence entre les États-Unis et la Chine comme une lutte qui peut être comprise en termes d’antagonisme marxiste.

Il en va de même pour les forces économiques de la société et leur interaction : les difficultés à faire croître l’économie et à maintenir cette croissance convenablement « verte » sont interprétées en termes de contradiction.

Dans le marxisme classique, un résultat attendu, ou une synthèse, est atteint, mais pas avant d’avoir traversé des « antagonismes » souvent douloureux et prolongés.

5. L’histoire avec Taiwan

Pékin soutient que le destin inébranlable de l’île de Taïwan sera son unification avec la Chine continentale.

Toutefois, l’histoire de Taïwan au cours du siècle dernier montre que la question de son statut n’a cessé de se poser dans la politique chinoise.

En 1895, après une guerre désastreuse avec le Japon, la Chine a été contrainte de céder Taïwan, qui est ensuite devenue une colonie japonaise pour le demi-siècle suivant.

Elle a ensuite été brièvement unifiée avec le continent par les nationalistes de 1945 à 1949.

Sous le règne de Mao, la Chine a raté l’occasion d’unifier l’île ; les États-Unis auraient probablement laissé Mao la prendre, mais Pékin s’est joint aux Nord-Coréens pour envahir la Corée du Sud en 1950, déclenchant la guerre de Corée et faisant soudainement de Taïwan un allié clé de la guerre froide.

Mao a lancé des attaques sur les côtes de Taïwan en 1958, mais a ensuite abandonné l’idée de reconquérir le territoire pendant les 20 années suivantes.

Après le rétablissement des relations entre les États-Unis et la Chine en 1979, il a été convenu que toutes les parties reconnaissaient qu’il n’y avait qu’une seule Chine, mais n’ont jamais pu s’accorder sur la question de savoir si le régime de Pékin ou de Taipei était réellement la république légitime.

Quarante ans plus tard, Xi Jinping insiste sur le fait que l’unification doit se faire rapidement, tandis que la rhétorique agressive et le sort de Hong Kong ont conduit les habitants de Taïwan, désormais citoyens d’une démocratie libérale, à devenir de plus en plus hostiles à une relation plus étroite avec la Chine continentale.

*Le professeur Rana Mitter enseigne à l’université d’Oxford, où il est spécialisé dans l’histoire et la politique de la Chine moderne.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *