Revivre la gloire de Samori Touré, le grand chef mandingue qui a bravement combattu les Français

Samori Touré a opposé une vive résistance à la France. Il était un guerrier africain par excellence.

Samori Touré était le grand homme d’État qui a créé l’empire Mandinka et il a livré une bataille très longue contre les Français. Bien qu’il ait finalement perdu et été déporté, il est ce chef africain qui a donné beaucoup de peine aux Français et je me plais à partager l’histoire de Samori avec l’Afrique. L’empire mandingue et la grande direction de Samori méritent une reconnaissance et une mention sans précédent.

Samori est né vers 1830. Il est le fils de commerçants Dyula. Samori s’est converti à l’islam au début de sa vie et une grande partie de sa carrière politique était basée sur les idéaux de l’islam. En 1848, la mère de Samori fut capturée par l’armée cisse. En rejoignant l’armée cisse, Samori organisa la libération de sa mère . Il devint un grand général de l’armée cisse avant de s’enfuir avec sa mère pour rejoindre les Berete, ennemis du cissé. Après deux ans, Samori abandonna le Berete et commença à unir son peuple. Le travail de création du grand mais très bref empire Mandinka avait alors commencé pour lui.

En 1867, Samori était désormais un commandant à part entière de l’armée. Il voulait construire un État efficace et transparent fondé sur les idéaux du commerce et de l’islam. Pour lui, cela garantirait un état stable au Soudan occidental (ancienne Afrique occidentale). Né dans une famille de marchands de Dyula, Samori avait un flair pour le commerce et en 1876, il avait déjà commencé à commercer avec Freetown contre des armes à feu et des munitions en échange d’esclaves. Les champs aurifères de Boure qu’il avait conquis étaient au rendez-vous. En 1878, son empire était maintenant très grand et formidable, avec une transparence admirable. L’empire Mandinka, également connu sous le nom d’empire Wassoulou, était maintenant solide. Il établit sa capitale à Bissandugu.

Samori est reconnu dans les cercles historiques pour son organisation militaire efficace. Son armée était bien équipée avec des armes à feu européennes (étant donné qu’il y avait quelques États africains avec ces armes). Son armée était divisée en une aile d’infanterie sous le canapé et en une puissante force de cavalerie. Samori avait une très grande armée permanente alimentée par les champs royaux. En 1887, Samori pouvait déployer entre 30 000 et 35 000 fantassins et environ 3 000 cavaliers. L’infanterie était divisée en unités de 10 à 20 hommes appelées «se» ou «kulu». La cavalerie était divisée en bandes de 50 cavaliers appelées «sere». C’est pourquoi il a pu résister à la fureur si les colonialistes français étaient restés si longtemps.

Samori assurait l’unité dans son pays en permettant à l’islam de coexister pacifiquement avec le traditionalisme. Il a également pris le titre de «Al mamy», qui signifie «commandant de la foi». Cela a favorisé un grand sens de l’unité et du patriotisme chez les Mandinkas, qui avaient une cause digne de se battre chaque fois qu’ils étaient confrontés à de violents adversaires.

La guerre avec les Français a finalement conduit à la chute de Samori et à la disparition de l’empire Mandinka / Wassoulou. Cependant, il n’est pas tombé sans se battre. Samori a d’abord eu une confrontation avec les Français en 1882, mais ce n’est pas avant 1898 qu’ils l’ont finalement capturé et déporté au Gabon.

En mars 1891, une force française dirigée par le colonel Louis Archinard lança une attaque directe sur Kankan. Connaissant que ses fortifications ne pouvaient pas arrêter l’artillerie française, Touré commença une guerre de manœuvre. Malgré des victoires contre des colonnes françaises isolées (par exemple à Dabadugu en septembre 1891), Ture échoua à repousser les Français du centre de son royaume. En juin 1892, Humbert, le remplaçant du colonel Archinard, à la tête d’une petite force d’hommes bien choisis et bien fournie, s’empara de Bissandugu, la capitale de Ture. Dans un autre coup, les Britanniques avaient cessé de vendre des chargeurs de culasse à Ture conformément à la convention de Bruxelles de 1890. Ce dernier avait déplacé sa base d’opérations vers l’est, en direction des rivières Bandama et Comoe. Il a institué une politique de la terre brûlée, dévastant chaque zone avant de l’évacuer. Bien que cette manœuvre ait coupé Ture de la Sierra Leone et du Liberia,

La chute d’autres armées de résistance, notamment Babemba Traoré à Sikasso, a permis à l’armée coloniale française de lancer un assaut concentré contre Touré. Il fut capturé le 29 septembre 1898 par le capitaine français Henri Gouraud et exilé au Gabon.

Samori a été victime de la désunion africaine à une époque où l’empiétement des Européens sévissait et la colonisation en cours. Cependant, il est important de noter son héritage en lançant une campagne animée contre les Français. Bien que ses efforts diplomatiques aient été vains, il doit être crédité de tels efforts.

Certains historiens ont dit que Samori est le Napoléon d’Afrique, mais ce n’est pas une description juste de lui. Cela montre que nous nous en remettons à la suprématie européenne, alors que Samori était le modèle d’une grande partie de la résistance à la domination coloniale qui allait suivre.

Sékou Touré, le premier président de la Guinée, est l’arrière-petit-fils de Samori Touré, dirigeant de l’empire Mandinka.

Une telle excellence africaine mérite d’être célébrée

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *