Le festival Iria au Nigeria où les filles mettent en valeur leur virginité pour trouver des prétendants

Avant que les Européens n’entrent en contact avec les Africains sur le continent, il y avait des rites de maturité ou de puberté que les garçons et les jeunes filles devaient subir pour devenir adultes. Ces rites pratiqués par des hommes et des femmes âgés d’un groupe ethnique se concentraient sur le fait que les hommes devenaient des guerriers pour aider à défendre l’État en temps de guerre et, pour les femmes, à maîtriser les responsabilités domestiques couvrant la cuisine, l’élimination de la naïveté sexuelle et l’accouchement d’enfants.

Pour Okrika, une ville de Rivers State, au Nigéria, le festival Iria est l’une de ces avenues qui prépare les jeunes à devenir des adultes bien informés. Il est organisé en décembre et janvier par les différentes communautés d’Okrika mais au cours de la dernière décennie, sur les 10 communautés d’Okrika qui y ont participé, seules deux communautés dont Ogu, prennent le festival au sérieux grâce en partie à l’invasion de la religion chrétienne.

Les parents conseillent leurs vierges de 16 et 17 ans et les inscrivent à la cérémonie d’Iria. Les femmes plus âgées appelées «Gbenerime» expulsent les filles enceintes, autorisant les filles encore sexuellement actives à camper pendant 30 jours dans une salle d’engraissement. Dans le cadre du processus de toilettage, les jeunes filles se rendent au bord de l’eau pour se baigner, à l’aube.

Ils sont également nourris avec la nourriture typique de l’okrika d’igname pilée et de plantain avec du poisson frais. Le repas doit les aider à devenir doués, agiles et délicieux. Après les 30 jours de camping, ils se sont rendus sur la place du village torse nu avec leurs corps peints dans différents colorants et motifs.

Festival d’Iria. Photo de madridguy

Étant donné que des membres de la famille, des amis, des associés ainsi que des spectateurs assistent à la grande parade, certaines filles obtiennent des prétendants au festival. Les chefs et les chefs de famille sont également en session.

Pour les parents, c’est un plaisir d’avoir une fille qui a gardé sa virginité ainsi que l’honneur de la famille. Autrefois, si une fille ne se soumettait pas au rite de la puberté, on pensait qu’elle aurait du mal à avoir un enfant. Pour ceux qui ont été disqualifiés, c’est devenu une source d’embarras pour la jeune fille et sa famille qui est devenue un objet de moquerie.

Photo: nairaland.com

Les femmes qualifiées reçoivent cependant des certificats prouvant qu’elles sont maintenant des femmes adultes prêtes à se marier. Le lendemain de leur apparition sur la place du marché, les filles dansent autour de la communauté en portant «Mkpala» sur leurs jambes comme marqueur spécial de leur statut afin que les hommes désireux puissent bouger.

Dit avoir commencé au 16ème siècle par Seminaro, la première dame de l’ancienne nation Okrika, le Festival Iria a perdu son dynamisme au fil des ans à cause de l’éducation occidentale et de la foi chrétienne qui ont comploté pour que les parents n’entrent pas leurs jeunes filles dans le festival. Ils décrivent la pratique d’Iria comme un fétiche et l’acte de danser à moitié nu contre leur religion.

Loading...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *