Les descendants peu connus d’Iraniens noirs victimes du cruel commerce des esclaves arabes

«L’esclavage n’était pas intégré à l’histoire de l’Iran… En ce qui concerne les connaissances des gens, des citoyens ou même des universitaires, [elles] étaient très, très limitées ou, à cette époque, [nul] nuls.» Behnaz Mirzai, iranien Érudit canadien.

Le sujet de l’esclavage en Afrique a souvent pris ses racines principales dans la traite négrière transatlantique, qui a principalement déplacé des esclaves d’Afrique de l’Ouest dans d’autres parties du monde.

Il y a aussi le commerce d’esclaves est-africain populaire et ensuite les peu connus d’autres parties du continent, ou de la région. L’Afrique du Sud est célèbre pour son apartheid cruel, mais faut-il s’étonner qu’il y ait eu aussi une quantité substantielle d’esclavage dans les régions arabes?

Les échanges entre l’Iran moderne et les pays africains remontent à plusieurs siècles, mais l’esclavage en Iran a été caractérisé par deux grandes périodes: la dynastie Qajar (1795-1925) et les débuts de la dynastie Pahlavi (1925-1979).

Behnaz Mirzai, universitaire irano-canadienne et actuellement professeur à l’Université York, étudie depuis plus de deux décennies les origines de la diaspora africaine en Iran, y compris l’histoire et l’abolition éventuelle de l’esclavage dans son pays d’origine. Elle partage les récits intéressants qu’elle a découverts grâce à ses recherches dans cet article.

N’ayant presque jamais évoqué le sujet de l’esclavage lorsqu’elle a découvert la riche histoire de l’esclavage dans son pays, elle écrit: «Vivant en Iran toute ma vie, nous n’avions jamais entendu parler de l’esclavage en Iran.”

C’était un sujet que peu de gens connaissaient à la fin des années 90, quand elle a commencé ses recherches, et qui reste inconnu de beaucoup aujourd’hui.

Afro-Iranians view themselves as Iranians and are sometimes upset by questions about their African origins (Photo courtesy of Behnaz Mirzai)

“L’esclavage n’était pas intégré à l’histoire de l’Iran … En termes de connaissances des gens, du peuple ou même des universitaires, [c’est] très, très limité ou à cette époque, il était nul”, at-elle déclaré. «Il n’y avait pas d’articles écrits ou de livres; c’était tellement nouveau. ”

Mais Mirzai découvrirait plus tard que l’Iran avait effectivement une histoire d’esclavage africain – et les archives iraniennes avaient les documents pour le prouver.

Elle a découvert que les commerçants arabes du Golfe – dominés par le sultanat d’Oman, qui contrôlait de vastes régions au bord de l’océan Indien – avaient amené des esclaves en Iran du nord et du nord-est du continent africain, y compris la Tanzanie (Zanzibar), le Kenya, Somalie.

Dans la littérature islamique ancienne, les Ethiopiens étaient appelés al-Habasha. En conséquence, de nombreux esclaves ont pris le nom de famille «Habashi» quand ils sont venus en Iran, pour indiquer leurs origines éthiopiennes. Les esclaves de Zanzibar pourraient prendre le nom de famille Zanzibar, a expliqué Mirzai.

Largement concentrés sur la côte sud de l’Iran, les esclaves travaillaient principalement dans les secteurs de la pêche et de l’agriculture, mais aussi comme domestiques, infirmiers humides ou même soldats dans l’armée.

This image has an empty alt attribute; its file name is IMG_2274.JPG
This was a photos taken from one of Mirzai’s many trips to Iranian Baluchistan on trips between 2006 and 2011 (Photo courtesy of Behnaz Mirzai)

Les Africains n’étaient pas les seuls à être asservis en Iran. «En Iran, l’esclavage n’était pas fondé sur la race et ne visait pas que les Africains; Les Circassiens et les Géorgiens ont également été réduits en esclavage et de nombreux Iraniens ont été réduits en esclavage ».

Certains esclaves travaillaient également aux côtés de paysans iraniens, qui vivaient dans un état d’extrême pauvreté, a-t-elle ajouté.

En 1828, avec la fin du commerce des Circassiens et des Géorgiens, l’esclavage fut aboli, aboutissant à l’interdiction totale de cette pratique, exactement un siècle plus tard, découvrit Mirzai.

«Beaucoup de gens ne savent même pas qu’il ya eu esclavage dans le monde musulman, ou ils pensent que c’était si différent des Amériques qu’il n’était pas admissible. Ou, plus [généralement], c’est un sujet avec tellement de tabous que personne ne veut en parler », a expliqué Paul Lovejoy, directeur de la thèse de doctorat de Mirzai et titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur l’histoire de la diaspora africaine en 2016. Le travail de Mirzai.

Aujourd’hui, environ 10 à 15% de la population du sud de l’Iran peut être décrite comme descendant d’Africains, selon Mirzai, et ce pourcentage diminue à mesure que l’on se dirige vers le nord.

De nombreux membres de la communauté afro-iranienne, un terme inventé par Mirzai dans ses recherches, ne connaissent même pas leur propre histoire ni les origines de leur famille. «Ils n’ont aucune connaissance de leur passé. L’histoire est perdue », a découvert Mirzai.

Selon M. Mirzai, les Afro-Iraniens sont souvent qualifiés de «Noirs du Sud» et de nombreux Iraniens continuent de croire que leur peau foncée est le résultat de la chaleur accablante qui règne sur la côte sud.

This image has an empty alt attribute; its file name is Iran%201%20214.jpg
Canadian scholar Behnaz Mirzai has spent 20 years researching the African diaspora in Iran (Image courtesy of Behnaz Mirzai)

Les Afro-Iraniens se considèrent comme des Iraniens et sont parfois perturbés par des questions sur leurs origines africaines.

Dans un film produit par Mirzai, Afro-Iranian Lives, Mohamad Durzadeh, de nationalité afro-iranienne, a déclaré que sa famille vivait sur cette terre depuis l’époque de son grand-père. «Ils étaient ici», a-t-il déclaré à la question d’où provenaient ses ancêtres, ce qui témoigne d’un manque de connaissance de ses origines.

Dans le même temps, Mirzai a déclaré que les Afro-Iraniens étaient largement intégrés aux zones locales dans lesquelles ils vivent. Par exemple, les communautés de la province du Sistan et du Baloutchistan parlent la langue locale, le baluchi, tandis que les Afro-Iraniens de la province de Hormozgan parlent le bandari.

La communauté afro-iranienne mélange aujourd’hui les traditions africaines à la culture iranienne, notamment en participant à un rituel d’exorcisme connu sous le nom de Zar, censé purifier le corps des mauvais esprits. Il est encore pratiqué aujourd’hui en Tanzanie et en Ethiopie

 

These men are taking part in a Zar ceremony in Khorramshahr in Khuzestan province in 2011 (Image courtesy of Behnaz Mirzai)

Cet article provient principalement des comptes de Mirzai tels que publiés sur Middle East Eye.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *