Les choses s’effondrent pour la famille dos Santos d’Angola

Le président angolais Joao Lourenco, qui a pris ses fonctions en 2017, s’est systématiquement lancé dans une mission de démantèlement d’un réseau de parrainage défendu par son prédécesseur José Eduardo dos Santos.

Pendant le règne de dos Santos de 38 ans à partir de 1979, sa progéniture a occupé des postes de haut niveau dans le gouvernement et dans des secteurs lucratifs allant de la banque, des télécommunications et des médias au pétrole.

Aujourd’hui, les forces de l’ordre sévissent contre la famille très en vue de l’ancien président angolais, accusé de piller les revenus de l’immense richesse pétrolière du pays.

Dans cet article, nous soulignons la purge de l’administration dos Santos ainsi que des entreprises publiques, ciblant les proches qui ont profité du népotisme.

Isabel: «la femme la plus riche d’Afrique»

Surnommée avec mépris “ la princesse ” par les Angolais, cette femme de 46 ans est la fille aînée de dos Santos et le visage public de l’empire familial.

Surnommée la femme la plus riche d’Afrique par le magazine américain Forbes avec une fortune estimée à 2,2 milliards de dollars, Isabel dos Santos dirigeait la compagnie pétrolière nationale Sonangol mais a été expulsée par le successeur de son père peu de temps après son arrivée au pouvoir.

Le mois dernier, un tribunal angolais a ordonné un gel de ses comptes bancaires et de ses avoirs.

Isabel dos Santos et son mari congolais, Sindika Dokolo, sont soupçonnés d’avoir détourné un milliard de dollars des entreprises publiques Sonangol (pétrole) et Sodiam (diamants).

Elle a nié tout acte répréhensible, qualifiant les accusations de «mensonges», de «fausses nouvelles» et de «motivations politiques».

Isabel a amassé des milliards et détient des participations dans Banco de Formento Angola, la première banque privée du pays, le distributeur de boissons Sodiba et le producteur de matériaux de construction Cimangola.

Cette semaine, Isabel a déclaré qu’elle ferait tout pour défendre et servir son pays, y compris une éventuelle candidature à la présidence. Jose Filomeno dos Santos, 41 ans, également connu sous le nom de «Zenu», est devenu le premier membre du clan dos Santos à être poursuivi.Jose Filomeno: le fils inculpé

Actuellement en procès avec trois autres personnes, dont l’ancien gouverneur de la banque centrale Valter Filipe da Silva, il est accusé d’avoir volé 1,5 milliard de dollars au fonds souverain d’Angola de 5 milliards de dollars qu’il dirigeait depuis 2013, lorsque son père était au pouvoir.

Filomeno dos Santos a été licencié du poste de gestionnaire de fonds en 2017 par le président Lourenco.

Il a ensuite été placé en détention provisoire en septembre 2018 et libéré six mois plus tard dans l’attente de son procès, qui s’est ouvert le mois dernier dans la capitale Luanda.

Il encourt une peine d’emprisonnement maximale de 12 ans s’il est reconnu coupable. Il a nié toutes les accusations de blanchiment d’argent et de détournement de fonds.

Tchize: le magnat des médias

Figure influente des médias angolais, Welwitschia, 42 ans, est la deuxième fille et demi-sœur d’Isabelle de dos Santos.

Populairement connue sous le nom de «Tchize», elle a contrôlé l’une des principales agences multimédias et publicitaires d’Angola.

Tout comme la plupart de la famille dos Santos, Welwitschia dos Santos a déménagé à l’étranger, réclamant des menaces des services secrets angolais.

Elle a récemment été suspendue du Parlement, où elle siégeait depuis 2008, après que les législateurs ont voté que son absence prolongée équivalait à un enrichissement injuste.

Ana Paula: la femme d’affaires

L’ancienne hôtesse de l’air a été la première dame de l’Angola pendant 26 ans à partir de 1991. Elle et l’ex-président ont trois enfants ensemble.

La femme d’affaires détient une participation dans un certain nombre d’entreprises à Luanda, dont une compagnie aérienne privée.

AFP

Loading...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *