Le président congolais veut être réélu après 36 ans à la tête

Le président de la République du Congo, Denis Sassou Nguesso, qui est l’un des dirigeants les plus anciens du monde, cherchera un quatrième mandat aux élections prévues en mars prochain, a annoncé jeudi la coalition au pouvoir.

L’homme de 77 ans a dirigé le pays d’Afrique centrale, également appelé Congo-Brazzaville, pendant 36 ans au total depuis qu’il est devenu président en 1979.

Sa candidature pour le poste le plus élevé vient après les nominations par les 17 partis qui composent sa majorité présidentielle.

“La majorité présidentielle estime que de tous ses dirigeants, c’est le président Sassou Nguesso qui détient tous les atouts”, a déclaré Pierre Moussa, président par intérim des partis de la coalition.

Il n’a pas encore annoncé sa candidature mais il pourrait le faire lors d’un discours à la Nation le 19 décembre où il pourrait également fixer la date du vote qui est prévu pour mars 2021.

Effusion de sang

Le pays a organisé un référendum en 2015 pour supprimer une limite d’âge de 70 ans et une interdiction pour les présidents de remplir plus de deux mandats.

Cette décision a ouvert la voie à Sassou Nguesso pour obtenir un troisième mandat aux élections de mars 2016, ce qui a déclenché un bain de sang.

Ses rivaux, l’ancien général Jean-Marie Michel Mokoko et l’ancien ministre André Okombi Salissa, ont contesté les résultats.

Ils ont été arrêtés, traduits en justice et condamnés chacun à 20 ans de prison pour atteinte à la sécurité de l’État.

Le Congo est un pays riche en pétrole mais pauvre.

Il est en proie à une crise économique profonde, déclenchée par la chute des prix du pétrole mais aggravée par une dette de longue date et l’impact de la pandémie de coronavirus.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *