Le baron de la drogue «El Chapo» jugé à New York

Le procès du Mexicain Joaquin Guzman, surnommé « El Chapo », s’ouvre ce lundi 5 novembre aux Etats-Unis. Celui qui a dirigé pendant 25 ans l’un des plus puissants cartels de la planète va devoir répondre de 11 chefs d’accusation.


En espagnol, « El Chapo » signifie « le courtaud ». Mais ce surnom, que Joaquin Guzman doit à sa taille – environ 1,60 m –, est à l’opposé de son ambition. A 61 ans, il est considéré par les procureurs américains comme le plus puissant narcotrafiquant du monde depuis le Colombien Pablo Escobar, tué en 1993.
Originaire de l’Etat du Sinaloa, au nord-ouest du Mexique, Joaquin Guzman n’a que 15 ans quand il cultive ses premiers plants de cannabis. « El Chapo » entre réellement dans le trafic de drogue dans les années 1980 auprès de Miguel Angel Felix Gallardo, le « parrain » du trafic de cocaïne au Mexique.
L’arrestation de Gallardo en 1989 et des tensions internes poussent « El Chapo » à retourner dans l’Etat du Sinaloa. Il prend les rênes du cartel de drogue local et en fait le plus puissant au monde. Il a expédié aux Etats-Unis plus de 154 tonnes de cocaïne ainsi que d’énormes quantités d’héroïne, de méthamphétamines et de marijuana, pour une valeur estimée à 14 milliards de dollars. Le cartel pèserait aujourd’hui 20 milliards de dollars.
Joaquin Guzman se forge aussi une image publique, grâce à deux évasions spectaculaires. En 2001, il s’échappe d’une prison de haute sécurité en se cachant dans un panier à linge. En 2015, il s’évade par un tunnel creusé sous la douche de sa cellule. Sa cavale prend fin en 2016 au Mexique. Les Etats-Unis obtiennent son extradition l’année suivante. Depuis, il est enfermé dans la prison qu’on surnomme le Guantanamo de New York.
La sélection du jury doit commencer dès lundi matin, à huis clos, une mesure réservée aux criminels les plus dangereux. Les noms des jurés resteront secrets et des gardes les escorteront chaque jour au tribunal. Au terme d’un procès qui doit durer environ quatre mois, ils devront décider si les preuves sont suffisantes pour déclarer « El Chapo » coupable des onze chefs d’accusation contre lui, parmi lesquels trafic et distribution de drogues, possession d’armes à feu, blanchiment d’argent. L’intéressé a plaidé non coupable.
pressafrik

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *