L’Afrique se prépare à un nouveau virus

Dans un hôpital géré par la Chine en Zambie, certains employés ont vu des personnes qui venaient de rentrer de Chine tousser sans être isolées. Un médecin s’occupant de ces patients a cessé de venir travailler et les agents de santé ont reçu l’ordre de ne pas parler publiquement du nouveau virus qui a tué des centaines de personnes dans le monde.

Le virus qui s’est propagé dans une grande partie de la Chine n’a pas encore été confirmé en Afrique, mais les autorités sanitaires mondiales s’inquiètent de plus en plus de la menace qui pèse sur le continent où vivent actuellement environ un million de Chinois, car certains agents de santé sur le terrain préviennent qu’ils ne le sont pas prêt à gérer une épidémie.

Les pays se précipitent pour prendre des précautions alors que des centaines de voyageurs arrivent chaque jour de Chine. Les garanties comprennent une surveillance renforcée aux points d’entrée et des mesures de quarantaine et de test améliorées à travers l’Afrique, où vivent 1,2 milliard de personnes et certains des systèmes les plus faibles du monde pour détecter et traiter les maladies.

Mais l’effort a été compliqué par une pénurie critique de kits de test et de nombreuses maladies qui présentent des symptômes similaires au virus grippal.

Loading...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *