Des soldats maliens retournent dans le principal bastion rebelle de Kidal

L’armée malienne est retournée dans un bastion rebelle de longue date avec d’anciens rebelles ainsi que des soldats réguliers constituant la force de centaines de personnes qui arrivaient jeudi, environ six ans après le retrait des forces armées de la ville de Kidal, dans le nord du pays, en pleine violence.

Kidal était sous le contrôle d’ex-séparatistes appartenant à une coalition connue sous le nom de Coordination des mouvements de l’Azawad ( CMA ) qui a conclu un accord de paix difficile avec le gouvernement malien en 2015.

Les anciens séparatistes qui avaient cherché à créer un État indépendant appelé Azawad ont maintenant autorisé le retour des forces reconstituées comme stipulé dans cet accord, qui a mis des années à être pleinement mis en œuvre.

Le colonel de l’armée, le major Diarran Kone a confirmé à l’Associated Press que les forces arrivantes comprenaient 200 militaires réguliers, 200 anciens rebelles et 200 hommes qui s’étaient auparavant battus pour un groupe d’autodéfense dans la région.

Le porte-parole de l’ AMC , Sidi Ag Baye, a reconnu que les enjeux étaient importants. “Si cela réussit, je pense que le reste du processus réussira”, a-t-il déclaré jeudi soir.

L’armée malienne opérait déjà dans la région de Kidal, mais l’arrivée de jeudi a marqué le retour des soldats dans la ville.

Le premier rôle du bataillon sera d’assurer la sécurité du gouverneur de la région de Kidal, a déclaré Samba Tall, qui dirige les efforts de réintégration de l’armée malienne. Les forces participeront également à des patrouilles conjointes avec la mission de maintien de la paix des Nations Unies au Mali.

Une rébellion touareg dans le nord du Mali et les pertes militaires qui ont suivi ont provoqué un coup d’État militaire en 2012. Des militants liés à Al-Qaida ont profité de la retraite de l’armée, ont balayé et pris le contrôle de Kidal ainsi que des villes de Tombouctou et Gao. Une opération militaire française a évincé les extrémistes du pouvoir l’année prochaine.

En juillet 2013, l’armée malienne a été autorisée à retourner dans la ville de Kidal juste avant les élections présidentielles, mais la paix n’a pas duré. Les soldats sont repartis en 2014 dans un contexte de violence croissante lorsque les rebelles ont pris d’assaut les bâtiments du gouvernement et pris des otages qui ont ensuite été libérés.

Malgré l’accord de paix de 2015 entre le gouvernement et les anciens séparatistes, Kidal n’a pas échappé à la violence. Les djihadistes ont ciblé à plusieurs reprises la base de l’ONU là-bas et une attaque de 2016 a tué sept soldats de la paix.

AP

Loading...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *