Carnage au Mali : le gouvernement reconnaît sa responsabilité

Les autorités maliennes ont reconnu mardi qu’il leur incombait de protéger la population et d‘œuvrer à la réconciliation entre communautés de plus en plus antagonistes dans le centre du pays, après une tuerie de civils au bilan officiel provisoire d’une centaine de morts.

L’attaque du village dogon de Sobane Da (bien : Sobane Da), dans la zone de Bandiagara, à l’est de Mopti, siège du gouvernorat régional, a débuté dimanche soir, pour s’achever vers le milieu de la nuit, selon des témoignages concordants.

Elle fait suite au massacre le 23 mars à Ogossagou de quelque 160 Peuls, attribué à des chasseurs dogons, dans cette région proche de la frontière avec le Burkina Faso, devenue la plus sanglante du pays.

Les assaillants sont entrés dans le village “en criant Allah akbar, Allah akbar“ (“Dieu est le plus grand” en arabe), selon les habitants et le gouverneur régional, le général Sidi Alassane Touré.

Depuis l’apparition en 2015 dans la région du groupe jihadiste du prédicateur Amadou Koufa, recrutant prioritairement parmi les Peuls, traditionnellement éleveurs, les affrontements se multiplient entre cette communauté et les ethnies bambara et dogon, pratiquant essentiellement l’agriculture, qui ont créé leurs “groupes d’autodéfense”.

Le chef du gouvernement, Boubou Cissé, accompagné des ministres de la Défense et de l’Administration territoriale, s’est rendu mardi sur les lieux, où il s’est incliné devant la mémoire de “ces innocentes victimes de la discorde et de la haine”.

“Toutes ces victimes de l’horreur et de la barbarie nous rappellent la responsabilité qui nous incombe, en tant que dirigeants, de renforcer et d’accélérer les efforts sécuritaires, économiques et politiques entrepris en faveur de la paix et de la réconciliation”, a-t-il reconnu.

Bilans contradictoires

La France, qui intervient militairement au Mali contre les jihadistes depuis 2013, a appelé Bamako à “redoubler d’efforts dans le centre du pays, afin de mettre fin au plus vite à l’engrenage des violences intercommunautaires”, dans une déclaration de son ministères des Affaires étrangères.

Mardi, le flou persistait sur le bilan de la tuerie. Celui, “provisoire”, de 95 morts et 19 disparus, donné lundi par le gouvernement sur la base d’une mission de militaires venus du poste de Diankabou, à 17 km, pourrait être nettement revu à la baisse.

“Avec les éléments de la protection civile, nous avons minutieusement fouillé, et nous avons sorti 35 corps”, a indiqué le gouverneur, faisant état de “11 adultes et 24 enfants” inhumés. Le général Touré a expliqué l‘écart entre les deux bilans par des extrapolations des villageois à partir du nombre de membres de chaque famille, en présumant que tous avaient péri.

Mais le maire de la commune de Sangha, dont dépend le village, Ali Dolo, a maintenu l’estimation d’une centaine de morts, soulignant que certains corps avaient été calcinés.

Par ailleurs, en pleine foire hebdomadaire de Bandiagara, au coeur du “pays dogon”, le président de l’association des commerçants de la ville a été égorgé lundi par des hommes armés qui sont repartis sans être inquiétés, a-t-on appris auprès de ses proches.

‘Question de survie’

Lundi soir, le président Ibrahim Boubacar Keïta, qui a annoncé écourter un voyage officiel en Suisse, a appelé à briser le “cycle de vengeance, de vendetta”. Il a au contraire exhorté à des “retrouvailles” entre Maliens, “qui seules vont nous permettre de rebondir et permettre à notre nation de survivre. Car nous sommes en question de survie”.

Le prédécesseur de M. Cissé, Soumeylou Boubèye Maïga, avait présenté le 18 avril la démission de son gouvernement, après une série de manifestations. Les participants à ces rassemblements accusaient le gouvernement d’incapacité à assurer la protection des populations et de ses propres militaires.

Les autorités ont attribué l’attaque de dimanche à des “terroristes”, apparemment en référence au groupe de Koufa.

A lire aussi: Mali: attaques armées dans le nord, quatre morts et plusieurs blessés

Selon le chercheur malien Ousmane Diallo, spécialiste de cette région, “le mode d’opération – hommes à moto, référence à Dieu lorsqu’ils sont arrivés… – indique effectivement qu’ils ont utilisé des méthodes jihadistes”, mais de nombreuses questions demeurent : “Les jihadistes ont-ils monté l’opération pour attiser les conflits intercommunautaires ? Ont-ils voulu se venger?”.

Dans un communiqué sur le massacre d’Ogossagou publié le 31 mars, le Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans, principale alliance jihadiste du Sahel liée à Al-Qaïda, dont fait partie le groupe de Koufa, se présentait comme le “rempart” des Peuls.

“Votre guerre et vos agressions contre nos parents et frères peuls ne resteront pas sans réponse”, affirmait-il à l’intention de la France, du gouvernement malien et de “ses milices”.

AFP

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *