29.85Dakar

vendredi, 14 décembre 2018

Follow Us

Follow Us

  • Home
  • /
  • à la Une
  • /
  • insolites
  • /
  • Angleterre: ‘’infidèle’’ une Zimbabwéenne doit rembourser tous les biens reçus de son ex fiancé

Angleterre: ‘’infidèle’’ une Zimbabwéenne doit rembourser tous les biens reçus de son ex fiancé

Une infirmière zimbabwéenne ”infidèle” a reçu l’ordre de rembourser 116 000 £ à son ancien petit-ami à la suite d’une liaison présumée avec un autre homme.

Trish Garikayi, 37 ans, basée en Angleterre, a avoué avoir reçu une Porsche 911 et un bracelet en diamants d’une valeur de 100 000 £ de la part d’un homme d’affaires bien nanti, Wisdom Penfold, 58 ans. Mais, elle vient de révéler aussi avoir une liaison avec un autre homme.

Le tribunal a appris que 218 000 £ avaient été versés sur le compte de Garikayi après la vente par M. Penfold de deux immeubles de placement.

Insistant sur le fait que l’argent était un cadeau, elle a déclaré que, tout au long de la relation, “si je voulais quelque chose, je l’obtenais”.

“En ce qui concerne la discussion que j’ai eue avec Wisdom, ce sont des cadeaux pour moi.

“Nous étions amoureux, la relation était forte à ce moment-là. Il n’était donc pas nécessaire que je me pose des questions.” Son avocat, Chike Ezike, a ajouté: “La nature de la relation en était une où M. Penfold a accordé et versé des cadeaux somptueux à Mlle Garikayi.”

Il a également été allégué que Garikayi avait dépensé une partie de l’argent pour elle-même et 91 000 £ pour acheter une propriété à Harare, au Zimbabwe, sans sa permission.

M. Penfold n’a eu d’autre choix que de porter l’affaire devant un tribunal, où un juge a décidé qu’elle avait “détourné” l’argent que M. Penfold lui avait confié lorsqu’il était aveuglé par l’amour.

Le juge lui a ensuite ordonné de payer 116 000 £ à son ex-petit ami et de lui remettre 20% de son domicile, soit 340 000 £.

Après que le juge eut rendu son verdict, Garikayi a jeté sa bague de fiançailles d’une valeur de 2 500 £ vers son ex-fiancé, qui l’a ensuite ramassée calmement et l’a remise à son avocat.

La Cour centrale du comté de Londres a appris comment Garikayi avait prétendu être une “femme dont on s’en occupe” et avait insisté sur le fait que l’argent, comme les produits de luxe qu’il offrait, était des cadeaux non consignés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *