Algérie : la police intervient pour la première fois pour empêcher une manifestation

Pour la première fois en Algérie, la police a effectué une vague d’arrestations de manifestants, principalement des étudiants. Les manifestations hebdomadaires durent depuis environ huit mois.

En 33 semaines de manifestations en Algérie, c’est la première fois que les forces de police empêchent la tenue d’un des habituels rassemblements d’étudiants dans les rues de la capitale du pays, rapporte Asharq Al Awsat. Plusieurs manifestants, principalement des étudiants ont été arrêtés selon des témoins cités par le média. Ils ont été emmenés au poste de police pour être ensuite poursuivis en justice, qui les place souvent en détention préventive, indique la même source. Selon Asharq Al Awsat, des images ont circulé montrant des étudiants qui se sont évanouis en raison de la forte ruée des manifestants, à la suite des tentatives des forces de sécurité pour les empêcher de progresser dans les principales rues et places de la capitale.

Des activistes ambulanciers du mouvement populaire ont également été vus en train d’aider les blessés, dont certains ont été emmenés dans des cliniques à proximité. Il y a quelques jours, les autorités sécuritaires ont arrêté des dizaines de manifestants, principalement ceux qui peuvent se mobiliser et recruter, en particulier les dirigeants de l’organisation Youth Action Rally, proche du Mouvement démocratique qui s’oppose à la politique du pouvoir. Plusieurs journalistes ont été menacés alors qu’ils couvraient les manifestations de mardi et certains ont même été arrêtés, notamment le journaliste Mustapha Ben Faudel rapporte Asharq Al Awsat.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *