Train express régional : L’exploitation assurée par la Sncf -

Train express régional : L’exploitation assurée par la Sncf

La ré-inauguration du Train express régional (Ter) aura lieu, ce lundi 27 décembre 2021, en grande pompe, avec une facture d’un milliard pour l’homme d’affaires français Richard Attias, organisateur de la cérémonie. Mais jusqu’ici, les Sénégalais ne sont pas informés sur l’exploitation du Train. Seneweb qui s’est intéressé à la question a appris que le Ter sera exploité par une autre société française, la Sncf, avec au moins 17 milliards F Cfa mobilisés par l’Etat du Sénégal pour démarrer.

La société nationale Senter dirigée par Abdou Ndéné Sall n’est qu’un instrument institutionnel, mais l’exploitation et la maintenance revient à la Société d’Exploitation-maintenance du TER (SETER), une filiale à 100% de la Sncf. La Seter a été créée le 9 décembre 2018 avec comme gérant Stéphane Claude Marc Volant.

D’ailleurs, la société a recruté son personnel depuis quelques temps pour assurer leur formation avant le démarrage du Ter. Le Figaro parle même de plus de 950 employés. Quoi qu’il en soit, la Seter a déjà ses traces aux impôts et domaines, avec des retenues à la source. Seulement, une source de Seneweb indique que la Snfc n’a pas voulu préfinancer l’exploitation. La multinationale française a exigé que le gouvernement du Sénégal lui donne une avance.

Et tout porte à croire qu’elle a eu gain de cause. En effet, le vendredi 28 août 2020, le ministre sénégalais de l’Economie Amadou Hott et Pedro Novo, Directeur Exécutif en charge de l’export à la Banque Publique d’Investissement (BPI) ont procédé à la signature d’un contrat de financement pour la pré-exploitation du TER.

« Ce financement de BPI à hauteur de 26,9 millions d’Euros (environ 17,645 milliards CFA) permettra de mettre en place les services nécessaires à une bonne exploitation du TER, par la Société d’Exploitation-maintenance du TER (SETER) », indique le ministère de l’Economie sur son site internet. C’est donc le Sénégal qui a mobilisé plus de 17 milliards pour la pré-exploitation.

Pourtant, cette société que le Sénégal finance est non seulement une filiale à 100% de la  Sncf, comme déjà indiqué, mais elle « devrait passer dans le giron de Kéolis courant 2022 », d’après Le Figaro.

Kéolis est une multinationale franco-canadienne spécialisée dans le transport, surtout ferroviaire. Elle revendique le titre de leader mondial du métro automatique et du tramway. « Keolis exploite des réseaux de transport public pour le compte de 300 Autorités Organisatrices dans le monde. Il est aujourd’hui présent dans 16 pays et sur 5 continents », se vante la société sur son site.

C’est à se demander si les sociétés étrangères doivent toujours faire des profits sans risque, surtout si l’on se souvient du contrat de l’exploitation de l’autoroute à péage par Eiffage.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *