Le rapport de la banque mondiale contredit le concept d’émergence

Faut être simple et clair ! … c’est qu’il n y a jamais eu d’émergence. le mot “émergence” est un slogan vendu aux pays africains par le club de Breton Woods; ce n’est pas qu’au sénégal, on l’entend dans tous les pays d’afrique noire.

Ce qu’il faut comprendre c’est que les pays occidentaux sont près à anéantir tout pays, ancienne possession, ancienne colonie qui tenterait d’adopter une posture tendant à l’émanciper de leur joug ou de leur emprise….Pourquoi ? parce que ces pays ont développé des sociétés avec des niveaux de vie (infrastructures, salaires, entreprises,….) que le développement du monde ne peut absolument pas soutenir avec la mauvaise exploitation des ressources mondiales qui ne sont pas infinies, l’accroissement démographique qui atteint des niveaux complètement délirant comme en Chine. Il s’agit d’une fuite en avant tout à fait suicidaire. Cette fuite en avant permet de gagner du temps à ces pays développés. Mais une chose est sure, c’est qu’il n’accepteront jamais la régression de leur société. Ils sont prêts à refaire l’esclavage et la colonisation pour trouver des ressources pour maintenir leur niveau de vie…C’est précisément pour cela qu’ils continuent la course aux armements….une course à laquelle aucun pays du tiers monde n’est associé. Ils ont les moyens de contraindre n’importe quel pays du tiers monde à ouvrir l’accès à ses ressources naturelles. Et les chefs d’Etat Africains sont complices de cette stratégie parce qu’ils n’ont pas trop le choix sous peine de voir des complots d’assassinat montés contre eux…alors ils font semblant de diriger leurs pays tant bien que mal…et surtout mettent au pli leurs populations avec des armées dont la fonction est exclusivement de tenir en laisse les populations locales…aucune armée africaine d’Afrique noire n’a les capacités de combattre; ce ne sont pas des armées de combat. La preuve c’est que dès que ça chauffe ce sont des armées étrangères qui pointent leur nez….demandez aux sénégalais pendant la dernière élection présidentielle. L’armée française était tout à fait visible à Dakar.

A lire aussi: Escroquerie au Palais de justice: le faux Doyen des juges avait pour cible les banques BIS et UBA

Pour accompagner ces pays qui ne servent que de réservoir aux pays occidentaux, on leur fournit (les organismes financiers internationaux je veux dire) des slogans de campagne : “Emergence d’ici l’an…..”. On entend ça au Sénégal, au Gabon, au Tchad, au Togo, au Congo Brazza, au Cameroon…..Les pays occidentaux pour encourager nos chefs d’état à endormir leurs populations, ferment les yeux sur les détournements en milliards de l’aide au développement qui n’atteint quasiment jamais les populations.

La réalité c’est qu’aucun de ces pays ne décollera jamais …parce qu’on ne les laissera pas faire. En Afrique noire, seule l’afrique du Sud en particulier, et certains pays , anciennes colonies anglaises en général en ont potentiellement les moyens et la volonté.

Pour exemple, si vous saviez la masse d’argent qui a été déversée sur l’afrique noire depuis les indépendances sous formes d’appuis en tous genres : aide au développement, prêts, investissements….Si l’afrique était destinée à se développer, on serait déjà loin. Les pays occidentaux prêtent de l’argent aux pays africains pour pouvoir les tenir en laisse, les contrôler. Si tu dois de l’argent à quelqu’un ou à une institution, c’est clair que tu n’es sera affranchi que quand tu te sera acquitté de ta dette…On peut te faire chanter à tout moment.

PAUVRE AFRIQUE….lorsque vous regardez les campagnes électorales en Afrique, c’est la désolation…toute cette mascarade, ces faux semblants. …de vrais pantins, près à exterminer leurs populations pour enrichir les pays étrangers.

A lire aussi: Banque Mondiale: Donald Trump explique pourquoi sa fille devrait occuper la tête de l’institution

EST CE QU’UN JOUR VIENDRA OU LES AFRICAINS DECIDERONT DE SACRIFIER UNE GENERATION POUR REPRENDRE LEUR DESTINEE EN MAIN….en somme , accepter de mourir ….pour renaître. Parce qu’à ce jour, ils n’ont pas leur destinée en main.

Meïssa Babou, économiste et enseignant-chercheur à l’Ucad

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *