Le prix du pétrole explose -

Le prix du pétrole explose

Le baril de pétrole a dépassé hier le seuil des 80 dollars pour la première fois depuis novembre 2014 dans un marché tendu par les incertitudes autour de l’Iran et du Venezuela.

 

Le prix du baril de pétrole a fortement augmenté ces derniers temps et a atteint un seuil très élevé hier, celui des 80 dollars, pour la première fois depuis quatre ans. Le cours du baril pour livraison en juillet est monté à 80,18 dollars, avant de retomber légèrement en dessous des 80 dollars. Il évoluait encore autour de 50 dollars en mai 2017, ce qui représente un bond de plus de 50 % en un an.

Élections au Venezuela et incertitude iranienne

Pour Jasper Lawler, analyste pour London Capital Group, la progression des cours est « impressionnante ». D’autant que de récents rapports ont fait état d’une hausse des exportations américaines et d’un futur ralentissement de la demande, deux facteurs qui devraient en théorie peser sur les prix.

Depuis plusieurs semaines, les cours ont été tirés par les inquiétudes quant à la production iranienne et vénézuélienne, alors que les États-Unis ont décidé de sortir de l’accord sur le nucléaire iranien et rétabli les sanctions contre Téhéran.

L’industrie vénézuélienne pâtit de la crise économique et politique qui secoue le pays. Et l’élection présidentielle de dimanche, où l’actuel président Nicolas Maduro est le grand favori, ne rassure pas les marchés. «  Dans l’hypothèse où les États-Unis interdiraient totalement les importations de brut vénézuélien, cela se traduirait, pour le marché, par une disparition de plus de 400 000 barils » , a souligné Tamas Varga, analyste pour PVM.

L’incertitude sur la production iranienne a également contribué à la hausse des cours. Le groupe pétrolier français Total a indiqué qu’il ne mènerait pas à terme un grand projet gazier entamé en juillet 2017, à moins d’obtenir une dérogation de la part des États-Unis. La société chinoise CNPC pourrait remplacer le géant français, a indiqué le ministre iranien du Pétrole.

Difficile donc de prédire le devenir de la production iranienne alors que dans le même temps, l’Arabie saoudite, premier exportateur mondial de pétrole et grand rival de l’Iran, a récemment déclaré qu’elle prendrait toutes les mesures nécessaires pour empêcher des pénuries.

Cette augmentation pourrait devenir un problème pour les économies développées, dont l’activité avait profité de la chute intervenue en 2014. Dans ses derniers résultats, Air France-KLM avait ainsi estimé que sa facture carburant devrait s’accroître de 350 millions d’euros en 2018.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *