Le président sortant de la Gambie, Adama Barrow, obtient un deuxième mandat -

Le président sortant de la Gambie, Adama Barrow, obtient un deuxième mandat

Adama Barrow a été réélu président de la Gambie, a annoncé dimanche 5 décembre la commission électorale du pays. 

 

Barrow, dont l’accession à la présidence il y a cinq ans a mis fin à plus de 20 ans de dictature, a recueilli plus de 53 % des voix, selon les résultats publiés par la commission électorale. Son principal challenger Ousainou Darboe a remporté 27,7%.

 

Le vote était le premier en 27 ans sans l’ancien président Yahya Jammeh, qui a été contraint à l’exil en Guinée équatoriale après avoir refusé d’accepter la défaite face à Barrow en 2016.

 

Autrefois intimidés par la police secrète omniprésente de Jammeh, des foules de personnes ont envahi les rues de Banjul dimanche soir pour célébrer, tandis que certains circulaient dans leurs voitures pour célébrer. Des centaines de personnes se sont rassemblées dans un parc en face du palais présidentiel pour écouter Barrow parler.

 

Il a dit à une foule enthousiaste; 

 

« La démocratie a suivi son cours.

« J’ai été la personne chanceuse d’être choisie par vous. J’utiliserai toutes les ressources pour faire de la Gambie un endroit meilleur pour tous.

 

Le premier mandat de Barrow a apporté un changement bienvenu pour beaucoup au mandat brutal de Jammeh. Mais les progrès ont été entravés par la pandémie de coronavirus, qui a endommagé une économie fortement tributaire du tourisme, ainsi que des exportations d’arachides et de poisson.

 

À l’approche des élections, Jammeh avait tenté de persuader ses partisans de voter pour une coalition d’opposition dans des discours téléphoniques qui ont été relayés lors des rassemblements de campagne.

 

Lorsque les résultats sont tombés dimanche, les représentants de tous les partis d’opposition ont signé presque toutes les feuilles de pointage lues à la commission électorale.

 

Mais plus tard dans la journée, Darboe et deux autres candidats, Mama Kandeh et Essa Mbye Faal, ont déclaré qu’ils n’accepteraient pas les résultats car les résultats ont pris plus de temps que prévu et en raison de problèmes dans les bureaux de vote.

 

Ils n’ont pas fourni de détails ou de preuves d’actes répréhensibles, et n’ont également jamais divulgué ce qu’ils feraient. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *