Économie nationale: Les temps forts de l’année 2018

Le financement de la phase II du Pse, la tension financière, l’Attribution du contrat d’exploitation et de la distribution de l’eau au groupe français Suez, le rachat de Tigo Sénégal par Xavier Niel, entre autres, sont les  faits marquants de  l’année 2018.

Le Sénégal a remporté le jackpot de son  8ème Groupe consultatif à Paris. Les engagements de financement annoncés lors de cette rencontre se sont élevés à 14 milliards de Dollars, soient plus de 7356 milliards de Francs CFA sur les 2850 milliards de Francs CFA. Ainsi, cette huitième édition est considérée comme un succès jamais égalé. Ces résultats obtenus traduisent la confiance accordée au Sénégal par la communauté internationale qui a salué la pertinence des choix de politiques socio-économiques. De ce fait, le Président de la République Macky Sall a exprimé sa gratitude à l’ensemble des Partenaires techniques et financiers qui ont renouvelé ou manifesté leur adhésion et décidé d’accompagner massivement le Sénégal dans le PSE.

 

Tension  financière

Autre fait, c’est la question de la tension financière. Sur ce, le Ministre de  l’Economie, des  Finances   et  du Plan,  Amadou  Ba, a effectivement reconnu qu’il y avait quelques difficultés voulues par le Gouvernement, du fait que le Chef de l’Etat a décrété 2018 une année sociale. «  Nous avons préféré faire un ajustement sur les dépenses. C’est ce qui a créé un peu toutes ces tensions qui sont passagères et qui vont être corrigées au fur et à mesure que nous avancerons dans l’année 2019 », a-t-il dit.

 

SDE – SUEZ

L’Attribution du contrat d’exploitation et de la distribution de l’eau au groupe français Suez a soulevé des réactions de la part des consommateurs, mais aussi de la SDE. Abdoul Ball, patron de la SDE, concessionnaire du contrat d’affermage depuis 1996, conteste ainsi l’attribution provisoire de la concession de l’eau au groupe français Suez, à l’issue de plusieurs mois d’attente. Le coordonnateur du Forum social sénégalais, Mamadou Mignane Diouf, a demandé au Gouvernement du Sénégal et au ministre de l’Hydraulique d’éclairer les Sénégalais sur la question. « Nous allons dérouler un plan d’action, avec les centrales syndicales, présentes ou non, dans le secteur. Nous allons aussi prendre contact avec l’ensemble du réseau mondial travaillant sur l’eau, au niveau citoyen,  africain et sous régional, et profiter de toutes les rencontres internationales pour dénoncer la nébuleuse qui a prévalu dans ce dossier depuis six (6) mois » a-t-il averti. Pour sa part, Momar Ndao, président de l’Association des consommateurs du Sénégal (ASCOSEN), est entré  dans la danse pour dénoncer l’attribution d’exploitation et de la distribution de l’eau à Suez. Il avait laissé entendre que ils n’accepteront pas que le prix de l’eau augmente ou que la qualité soit dégradée en demandant à l’Etat s’assumer sa responsabilité.

 

Tigo – Wari

Le 27 avril, le rachat de Tigo Sénégal par Xavier Niel, Yerim Sow et Hassanein Hiridjee, est finalisé. Le feuilleton de la cession de la filiale sénégalaise de Millicom aura duré plus d’un an : en février 2017, c’est le groupe sénégalais de transfert d’argent Wari qui est annoncé comme repreneur de la marque Tigo. Mais le groupe luxembourgeois fera machine arrière le 31 juillet suivant, arguant que les financements requis n’avaient pas été apportés dans les temps. Dans la foulée, Millicom présente le nouvel acquéreur, un consortium formé de Teylium Telecom (contrôlé par le Sénégalais Yérim Sow), NJJ (holding de Xavier Niel) et Sofima (véhicule d’investissement en télécommunication géré par le Groupe Axian, de la famille Hiridjee). S’ensuit une bataille en règle entre les trois entités, à coups de communiqués et devant les tribunaux d’arbitrage. Le 16 avril 2018, un décret signé par Macky Sall, approuvant la vente, est finalement publié au Journal officiel, ouvrant la voie à la finalisation de la transaction.

 

Alioune Ndiaye, premier africain à diriger Orange 

En  mai  2018,  le Sénégalais Alioune Ndiaye prend ses fonctions de directeur Afrique/Moyen-Orient chez Orange. C’est la première fois que l’opérateur français confie la direction de ses filiales africaines à un Africain, en l’occurrence Alioune Ndiaye, 58 ans, ex-directeur général de Sonatel au Sénégal. Ce dernier, qui remplace à ce poste Bruno Mettling, gère désormais 20 filiales sur le continent et au Moyen-Orient, soit 120 millions de clients pour un chiffre d’affaires cumulé de plus de 5 milliards d’euros.

Zachari BADJI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *