disparition de cocaïne: La République des « narcos  »

Si tout le monde est myope par rapport à ce qui se trame sous nos cieux. Si tous les intellectuels et lanceurs d’alerte de notre pays préfèrent s’emmurer dans un silence de cimetière. Si tous les honnêtes gens ont choisi de se taire face à ce qu’il est convenu d’appeler la plus grande nébuleuse jamais vue dans l’histoire étatique de notre cher Sénégal, tous les patriotes doivent se lever pour défendre ce qui reste de notre République. Saisie-disparition de drogue, avec en appoint un rire banania, les sénégalais boivent du thé en se le racontant. Le comble !
Quand la drogue s’invite au cœur de l’Etat, c’est que le Sénégal ne sortira pas indemne de ce chaos du désespoir qui n’épargnera aucun de nos compatriotes. D’ici et de la diaspora. D’ailleurs, la hausse du prix de l’électricité corrélée à une cinquantaine de produits de consommation d’après les spécialistes en la matière, renseigne de la volonté inébranlable de nos autorités à pressuriser un peuple déjà à bout de souffle et vivant en dessous du seuil de pauvreté. Le Président Senghor est passé par là sans que l’on ne parle de drogue qui éclabousserait des gens du pouvoir. Le président Diouf et Wade ont marqué de leurs empreintes leurs magistères mais jamais la drogue n’a éclaboussé autant d’hommes encore non identifiés au sein du pouvoir que du temps du magistère du Macky. Les Sénégalais ne savent pas encore le degré d’implication ni les têtes qui devront incessamment tomber du côté de ceux qui tirent les ficelles de la drogue au cœur du pouvoir, mais il est à présumer qu’aucun sénégalais ne laissera tomber cette affaire qui est d’une gravité inqualifiable. Il est maintenant bien établi que les narcos du monde à qui les portes des Caraïbes sont fermées n’ont comme succédané que de se jeter sur l’axe Dakar pour continuer leur business de par le monde. Et c’est de grosses pontes de la République qui les appuieraient dans leur sale besogne. Quand plus d’une tonne de cocaïne est saisie en haute mer par notre vaillante marine et qu’au finish plus de 500 kg disparaissent, il y a problème. S’y ajoute auparavant les quantités de drogue disparues après les saisies au Port de Dakar. Aujourd’hui, c’est le Capitaine Dièye qui fait une révélation qui fait froid au dos. Un ministre qui demanderait à un Commissaire de lui vendre de la drogue saisie sous peine de sanction. Diantre ! Si les Sénégalais savaient dans quel gouffre s’orienterait leur pays, ils en pleureraient à chaudes larmes. Mais hélas, un peuple incapable d’identifier son « mal » est tout simplement un peuple déméritant voué à la déchéance. Saisie-disparition de cocaïne, la République des « narcos » embusqués est en branle. Demain, il fera jour !

Loading...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *