Coronavirus : plus de 1000 cas en Afrique mais des dirigeants toujours dans le laxisme

Samedi, le nombre de cas de contamination au Coronavirus a dépassé 1000, ce qui signifie que la maladie fait sa progression sur le continent. Plusieurs pays ont pris des mesures de confinement partielles pour ralentir la propagation du mal. Cependant, certains chefs d’Etat semblent braver leurs propres restrictions en terme de voyage.

L’Angola a annoncé ses premiers cas, ce qui signifie qu’au moins 40 des 54 pays africains sont désormais touchés. Le Congo a signalé son premier décès; Le Burkina Faso en a signalé deux nouveaux. La Somalie a déclaré qu’elle levait son interdiction des vols internationaux pour deux jours afin que les citoyens bloqués puissent rentrer chez eux. Et les autorités électorales éthiopiennes ont discuté de l’effet du virus sur une élection nationale majeure plus tard cette année. Plusieurs pays africains ont donc pris des mesures pour éviter la propagation du virus sur leurs territoires.

L’Angola a fermé ses frontières aériennes, terrestres et maritimes cette semaine, mais les médias namibiens ont montré le président Joao Lourenco lors de l’investiture du président namibien, Hage Geingob. Le président Mokgweetsi Masisi du Botswana voisin, qui a suspendu, cette semaine, les voyages internationaux de tous les employés du gouvernement, était également présent. Ces deux cas de dirigeants qui ne respectent pas eux-mêmes les décisions qu’ils prennent, reflètent l’attitude désinvolte que plusieurs dirigeants africains adoptent face à la menace d’une maladie rusée et imprévisible. L’Afrique a longtemps été épargnée par la maladie et donc devrait avoir le temps de mieux réagir. Mais il semble que les autorités attendent, pour la plus part, la catastrophe avant de comprendre. Ce comportement des africains, a poussé l’OMS à mettre en garde et à appeler l’Afrique à se « réveiller ».

La Namibie a trois cas confirmé du COVID-19. Le président zimbabwéen, Emmerson Mnangagwa, était également présent. Il a annoncé une catastrophe nationale avant même que son pays ne confirme son premier cas du virus vendredi. Samedi, son pays a annoncé le premier cas dans la capitale, Harare. L’Afrique compte désormais plus de 1 100 cas, ont déclaré les Centres africains de contrôle et de prévention des maladies, dans une nouvelle mise à jour samedi après-midi. Le Burkina Faso compte désormais le plus de décès dus virus, de tous les pays d’Afrique subsaharienne. La nation ouest-africaine a l’une des plus grandes charges de travail sur le continent avec 64 cas.

Plusieurs ministres du gouvernement du Burkina Faso se sont révélés positifs, dont le ministre des Affaires étrangères. Vendredi, le président Roch Marc Christian Kaboré a annoncé la fermeture des deux aéroports internationaux du pays pendant deux semaines, à l’exception de l’armée et du fret. Le contrôle aux frontières est également insuffisant. Aucun des 44 points d’entrée à haut débit du Burkina Faso ne possède l’équipement de protection individuelle nécessaire, et seulement 23% ont des dispositifs de dépistage du coronavirus. Plus de 275 000 cas ont été confirmés dans le monde, dont plus de 11 000 décès, selon un décompte courant de l’Université Johns Hopkins. Au moins 88 000 personnes se sont rétablies.

Loading...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *