Burundi : une femme politique de l’opposition, violée et assassinée

Selon un rapport de la BBC dans les grands lacs, une femme politique du Burundi, Marie Claire Niyongere, membre d’un parti d’opposition, a été agressée sexuellement avant d’être assassinée et son corps a été jeté dans une forêt.

Vice-président de l’aile féminine du principal parti d’opposition, le Congrès pour la liberté (CNL), dans la commune de Kiganda, le corps de Mme Niyongere a été retrouvé mardi dans une forêt avec des blessures au cou et aux parties génitales, a déclaré Celine Ndabubaha, administratrice de la commune de Kiganda, cité par kmaupdates.com. Selon la même source, un homme sur qui les soupçons de ce crime pèsent, serait toujours en fuite. Pour le porte-parole du CNL, l’assassinat de la politicienne était « choquant », indiquant que les raisons du crime sont encore ignorées. La défunte laisse derrière elle, quatre enfants.

Les leaders du CNL ont dénoncé la violence à l’encontre de leurs membres avant les élections présidentielles de 2020. En août, un autre membre du parti, Nsavyumwami Gregoire, a été tué lors d’une attaque par un groupe de personnes armées de machettes. Les suspects sont en procès. Selon un rapport publié en septembre par le Conseil des droits de l’homme des Nations unies, «de graves violations des droits humains au Burundi, par les forces gouvernementales et l’aile jeunesse du parti au pouvoir, Imbonerakure, à l’encontre de membres de l’opposition et de leurs familles, ont été commises ».

Loading...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *