Burundi : le nouveau président avertit les « étrangers » et tend la main à l’opposition

A peine investi à la tête du Burundi, le nouveau président, Evariste Ndayishimiye, a tenu à mettre les choses au clair. Il a indiqué que son gouvernement respecterait les droits de l’homme, mais a averti que « les étrangers ne devraient pas dicter quoi faire ».
Le général Ndayishimiye, président élu du Burundi, a pris service, jeudi, un peu plus tôt que prévu par la constitution du pays. Alors que le règne de Nkurunziza, 15 ans durant, s’était soldé par une répression meurtrière et une certaine restriction des libertés, le nouveau patron entend faire respecter les droits de l’homme dans le pays. «Les Burundais devraient se sentir libres de s’exprimer. Les Burundais devraient pouvoir s’écouter les uns les autres, mais les étrangers ne devraient pas dicter quoi faire », a déclaré Ndayishimiye, et il a accusé les colonisateurs d’introduire des divisions sociales.

« Tous les Burundais sont égaux devant la loi », a déclaré le nouveau président. Il a invité les exilés à revenir et à participer à la construction d’un nouveau Burundi, et déclaré que son gouvernement est prêt à reprendre les pourparlers avec tous les autres groupes politiques pour parvenir à une solution pacifique: « Rien ne peut être impossible parce que nous croyons en la démocratie ». Ndayishimiye, 52 ans, a remporté les élections de mai, en tant que candidat du parti au pouvoir et devait prendre ses fonctions en août, mais la mort de Pierre Nkurunziza de ce que le gouvernement a appelé une crise cardiaque, a plongé la nation est-africaine dans l’incertitude.

 

Loading...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *