Amadou Ba: Un surdoué des Finances

Amadou Bâ, tel Baron Louis (1755-1837), du nom de cette figure française considérée comme l’un des «grands hommes » de l’Histoire des finances publiques en France. «Technocrate des Finances publiques», Amadou Bâ est celui que le président Macky Sall nomma, un 02 septembre 2013, au ministère de l’Économie, lorsqu’il a fallu redresser les finances de l’État. Portait d’un financier au service de l’État.

 Brillant technocrate, Inspecteur général d’Etat de haute facture, homme d’Etat chevronné, Amadou Bâ, par son parcours et son profil, impose le respect. Son entrée dans le gouvernement avait été accueillie à l’applaudimètre. Macky Sall a très tôt flairé le génie d’homme d’Etat prospérant en lui en le nommant ministre de l’Économie et des Finances. C’est un technocrate discret, ayant un dynamique esprit de méthode et d’organisation que Macky a débauché de la DGID pour en faire l’argentier de l’Etat du Sénégal. Amadou Bâ bénéficie d’une image favorable. C’est un pur produit de l’administration fiscale sénégalaise, dont il a gravi tous les échelons depuis le début des années 1990, jusqu’à la Direction générale des impôts et domaines (DGID), où il a supervisé la rédaction et la mise en œuvre du nouveau code général des impôts, entré en vigueur en janvier de cette année. Une tendance que devrait renforcer le capital de confiance dont bénéficie Amadou Bâ, au vu des résultats qu’il a obtenus à la DGID (des recettes fiscales en hausse à 900 milliards de FCFA en 2012, contre 830 milliards en 2011), ainsi que des appréciations positives des bailleurs et des partenaires sociaux. Après la réforme de la fiscalité et des douanes, primordiale pour attirer les investisseurs, l’amélioration de l’environnement des affaires du pays passera avant tout par la poursuite de la réduction du déficit budgétaire et la maîtrise de l’avenir énergétique, deux leviers décisifs pour assurer une croissance économique stable et durable.

Amadou Bâ, meilleur ministre des Finances d’Afrique

Le Président Macky Sall peut se targuer d’avoir le meilleur ministre de l’Économie du continent. Amadou Bâ a été désigné « Meilleur Ministre des Finances d’Afrique » pour l’année 2017 en Inde. L’argentier du Sénégal a reçu la distinction à l’occasion de la 11e cérémonie des African Banker Awards, tenue en marge des Assemblées annuelles de la Banque africaine de Développement (BAD). Les initiateurs du prix African Banker Award 2017 ont tenu à féliciter le Ministre des Finances du Sénégal pour cette distinction. Ils ont saisi l’occasion pour louer les efforts accomplis par notre pays dans la voie du développement économique durable. Selon eux, c’est le leadership et les compétences de l’équipe du ministre Amadou Bâ qui ont permis de redynamiser l’économie du Sénégal, malgré une conjoncture difficile. En outre, le Comité d’organisation a indiqué que ce prix est le sacre des performances économiques du Sénégal qui a enregistré un taux de croissance de 6,5% au cours des deux dernières années, et la réussite de l’émission de l’Eurobond. Une satisfaction pour ce « laurier récolté par le Plan Sénégal Emergent (PSE) ». Mais M. Bâ, en toute humilité, soutenait que ce prix est en réalité l’œuvre du Président Macky Sall qui a initié cette vision.

Amadou Bâ, patron de Dakar

Lors des Législatives de 2017, Amadou Bâ a prouvé qu’il est le patron incontesté de Dakar. Le Chef de l’Etat, Macky Sall, avait misé sur lui en faisant de lui la tête de liste départementale de Dakar. Grâce à lui, Dakar, chasse gardée de Khalifa Sall, a basculé dans le camp marron-beige. Cette victoire d’Amadou Bâ n’est pas fortuite, et pour cause. L’actuel Ministre de l’Économie, des Finances et du Plan, véritable boy Dakar ayant grandi entre les populeux quartiers de Niari Tally, Grand-Dakar et Parcelles assainies, est auréolé d’un certain diadème de popularité, surtout dans ces cités communales. Son engagement à la base, rythmé de descentes régulières auprès de populations, particulièrement celles des Parcelles assainies, est un atout. Cet atout a été l’une de ses principales fortunes politiques. Bâ est un responsable APR dynamique et entreprenant. Raison pour laquelle Macky l’avait choisi pour diriger la bataille de Dakar.

Amadou Bâ dans la fosse aux requins

L’Apr est le parti où tous les coups sont permis. Ses ennemis sont nombreux. Et bien décidés à le faire chuter. Malgré les déclarations de loyauté de ses camarades de parti, des actes de parjure et de complots sont fomentés contre Amadou Bâ. Qui en est, ou qui en sont les auteurs ? Les masques cachent les faciès. L’homme fait naturellement de l’ombre dans le Macky où des délations seraient jargonnées, lui donnant de fausses intentions : lorgner le fauteuil de Macky. Il a donc pour adversaire plus des gens de son propre parti, APR, que des gens de l’opposition. Mais en même temps, il peut être considéré comme une menace pour les prétentieux avec qui il partage un espace de décision. L’environnement de Macky et de l’Apr est  parasité par le commérage et la délation des spécialistes de guet-apens pour qui un génie vise toujours son supérieur hiérarchique. Mais ils ont intégré, au-delà de l’Etat, un espace partisan où les appétits et les prétentions, la haine et la jalousie, la délation et la conspiration, s’unissent en diphtongues pour faire des anges des diables et des démons des anges. Les ennemis de l’Argentier de l’Etat ont tout fait pour le mettre en mal avec Macky Sall, en usant de la délation et des dénigrements. Mais Macky Sall n’a pas cédé, car sachant qu’Amadou Bâ n’a pas besoin de l’Etat. C’est l’Etat qui a besoin de lui pour ce qu’il est et ce qu’il fit dans son épopée. Seulement, il ne fait pas dans la politique politicienne, mais fait la politique au sens latin du terme. La tendance destructrice des forbans lui est étrangère. Mais cet « Amadou Bâ Bashing » est dans le seul but d’obstruer toute émergence d’un technocrate. Dans le Macky, ses ennemis ont usé de conspirations tous azimuts dans un espace institutionnel où chacun surveille chacun et contrôle tout le monde. Mais on en trouve partout, ces courtisans délateurs qui, une fois attablés dans la splendide orgie de César, le célèbre sur fonds de commérages et de faussetés. Qu’il parle ou qu’il se taise, il n’est pas un jour qui passe sans qu’il subisse le feu nourri de ses adversaires. Mais il est dans l’arène et défend Macky, son parti et ses idéaux. Les cris pareils aux voix de vautours écervelés ne l’ébranlent pas. Il n’est pas seulement courageux, il est téméraire. Depuis l’avènement de Macky, il ne se passe de moments sans qu’il ne fasse entendre ses étriers. A l’Apr, conspiration et diabolisation y sont les paradigmes dominants.

La Rédaction

 

Profil d’Amadou BA

Né le 17 mai 1961 à Dakar, Amadou Bâ fut l’ancien Directeur général des Impôts et Domaines, dont les empreintes restent encore fraiches sur le nouveau Code général des Impôts. Produit de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar où il a obtenu un diplôme de Maîtrise ès Sciences économiques, Option Gestion des Entreprises, titulaire du baccalauréat série G2 technique en 1980, Amadou Bâ, marié et père de trois enfants, est breveté de l’Ecole nationale d’Administration et de Magistrature (ENAM), section impôts et domaines, alors qu’il n’avait que 27 ans. En 1992, il fut le Commissaire contrôleur des assurances à la Direction des assurances. En 1994, il devient Inspecteur vérificateur à la Direction des vérifications et enquêtes fiscales. Titulaire d’un Diplôme d’études supérieures en Comptabilité, il a formé plusieurs promotions d’élève-inspecteurs de la section «Impôts et Domaines», de l’Ecole nationale d’Administration, et cela depuis 1992. Il a également été chargé d’enseignements au Centre Ouest Africain de Formation et d’Etudes Bancaires (COFEB) de la BCEAO. En 2002, il devint le Chef du centre des grandes entreprises de la Direction des impôts, avant d’être nommé, en 2004, Directeur des impôts et, en 2006, Directeur général des impôts et domaines. Le 02 septembre 2013, Macky Sall le nomma ministre de l’Économie et des Finances.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *