Accord nucléaire : les USA se retirent de l’accord, quelles retombées pour l’avenir ? -

Accord nucléaire : les USA se retirent de l’accord, quelles retombées pour l’avenir ?

Le président américain Donald Trump a déclaré mardi qu’il réimposait les sanctions nqucléaires américaines à l’Iran et qu’il se retirerait de l’accord

nucléaire iranien, ce qui pourrait entraîner l’effondrement de l’accord.

La décision de Trump est susceptible d’exacerber les tensions entre son administration et ses principaux alliés européens, à un moment où les États-Unis font face à plusieurs défis mondiaux, y compris la façon de gérer le programme nucléaire nord-coréen. L’avenir de l’accord multipartite sur l’Iran dépend probablement des sanctions réimposées et de la rapidité avec laquelle elles seront réimposées

Mais cela plairait probablement aux alliés américains en Israël et dans les pays arabes du Golfe, qui considèrent l’accord nucléaire comme une aubaine pour un Iran qui, selon eux, étend rapidement sa présence et son influence au Moyen-Orient.

Plusieurs mois sans convaincre

L’annonce fait suite à plus d’un an de débat interne sur l’accord d’Obama, que Trump a dénoncé à plusieurs reprises en tant que candidat de 2016, l’accusant de « deal terrible ». Mais Trump a récemment évincé deux principaux partisans de l’accord, l’ancien conseiller à la sécurité nationale H.R. McMaster et l’ancien secrétaire d’État Rex Tillerson, et les a remplacés par John Bolton et Mike Pompeo, respectivement. Les deux ont été des critiques féroces de l’accord. Lors de débats antérieurs, le secrétaire à la Défense James Mattis s’est également opposé à la fin de l’accord.

Beaucoup de partisans de l’accord soupçonnent également que Trump est motivé par le désir de renier un élément clé de l’héritage de la politique étrangère du président Barack Obama. L’accord nucléaire de 2015 a supprimé une série de sanctions économiques américaines et internationales contre l’Iran en échange de restrictions sévères et d’inspections régulières du programme nucléaire du pays dirigé par les islamistes.

Trump a laissé entendre pendant des mois qu’il voulait remplir sa promesse de campagne et signer le retrait de l’accord. Les efforts déployés par l’Allemagne, la Grande-Bretagne et la France pour répondre aux préoccupations de Trump, qui, avec la Russie et la Chine, sont également parties à l’accord, n’ont apparemment pas réussi à faire bouger le président américain.

Seul contre tous

Les responsables européens insistent sur le fait qu’ils vont essayer de sauver l’affaire, même si les Etats-Unis abandonnent leurs engagements. « Nous sommes déterminés à sauver cet accord car cet accord protège contre la prolifération nucléaire et est la bonne façon d’empêcher l’Iran de se doter d’une arme nucléaire », a déclaré lundi à Berlin le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian.

La Russie et la Chine, quant à elles, ont publié une déclaration commune la semaine dernière déclarant leur «soutien indéfectible à la mise en œuvre complète et efficace» de l’accord et ont cité «l’urgente nécessité pour toutes les parties» de «respecter rigoureusement et pleinement leurs engagements». Le président iranien Hassan Rouhani a déclaré mardi que son pays pourrait « faire face à quelques problèmes » dans les mois à venir.

Les responsables de la Maison Blanche se sont montrés timides sur ce que Trump allait annoncer, tandis que d’autres membres de l’administration ont dit qu’ils ne savaient vraiment pas ce que le président planifiait. S’exprimant sur Fox News, le directeur des affaires législatives de la Maison-Blanche, Marc Short, a déclaré: « Je pense que le président a été clair sur ses demandes pour un meilleur accord, et je pense qu’il fera valoir son cas au peuple américain aujourd’hui. « Même certains républicains qui se sont opposés à l’accord en 2015, sont inquiets au sujet du désir de Trump de l’abandonner.Ed Royce, le président du Comité des Affaires étrangères de la Chambre, a noté dans un communiqué mardi que l’Iran a reçu de nombreux avantages, y compris le dégel de dizaines de milliards de dollars d’actifs.

L’Iran ne se laissera pas faire

L’Iran a déclaré qu’il ne renégocierait pas l’accord sur le nucléaire, mais il a également indiqué qu’il essaierait de rester dans la course si cela pouvait fonctionner avec les Européens, dont l’Iran cherche à améliorer son économie. (Grâce à une série de sanctions américaines non nucléaires qui restent en place, la plupart des entreprises américaines n’ont toujours pas le droit d’engager l’Iran.)

Le président iranien Hassan Rouhani a déclaré mardi que son pays pourrait « faire face à quelques problèmes » dans les mois à venir, mais qu’il résisterait à une sortie américaine orchestrée par Trump. « Il est possible que nous soyons confrontés à des problèmes pendant deux ou trois mois, mais nous allons passer à travers cela », a déclaré Rouhani à Téhéran, selon l’Associated Press.

Les partisans de l’accord affirment que même si Trump ré-impose une seule série de sanctions, cela pourrait sonner le glas de l’accord nucléaire. C’est parce que beaucoup de sanctions que Trump réimposeraient sont des soi-disant sanctions secondaires. Ces sanctions punissent les entités dans d’autres pays, tels que les européens, si elles font des affaires avec l’Iran.

La simple menace de sanctions américaines suffit à faire fuir de nombreuses entreprises qui ne font pas affaire avec l’Iran. Cela signifie que l’économie iranienne continuera à se débattre, et à un moment donné, les dirigeants du pays pourraient décider de quitter l’accord et de relancer son programme nucléaire, car il ne bénéficie pas des avantages économiques qui lui ont été promis.

Alors que les observateurs internationaux ont constaté que l’Iran respectait l’accord nucléaire, Trump s’est plaint que l’accord ne faisait pas assez pour traiter d’autres actions du gouvernement iranien, notamment son soutien aux groupes terroristes et son rôle dans les conflits en Syrie et au Yémen.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *