Un regard sur le parcours étonnant du Rwanda pour devenir une superpuissance économique mondiale

Le génocide de 1994 a profondément déchiré le pays et a connu des difficultés économiques du fait de ses efforts en matière de sécurité. Par conséquent, il est devenu une source d’inspiration de voir ce pays africain renaître de ses cendres pour devenir l’envie des autres pays du continent.

Il est essentiel de retracer l’évolution du Rwanda en ce qui concerne la mise en place d’une économie industrielle durable et les perspectives de devenir un premier pays du monde.

Les pays du premier monde sont caractérisés par une stabilité économique et un niveau de vie élevé. Ils sont connus pour leur industrialisation avec un produit intérieur brut (PIB) élevé. Certains des pays appartenant à ce groupe sont l’Australie, le Canada, les États-Unis, le Royaume-Uni et d’autres pays d’Europe occidentale.

Les pays du tiers monde, en revanche, sont des pays à faible revenu, frappés par des niveaux de pauvreté élevés et un niveau de vie bas, la plupart des personnes vivant dans des bidonvilles disposant de moins de 1 dollar par jour.

Pendant de nombreuses décennies, l’Afrique subsaharienne, l’Asie et l’Amérique latine appartenaient en grande partie au tiers-monde, avant même que les tigres asiatiques jettent les bases d’une position de premier plan dans le développement économique.

Des pays tels que le Japon, Singapour et la Chine ont commencé l’industrialisation en passant d’une société purement agraire à l’adoption de la technologie dans leurs processus. Singapour sous Lee Kuan Yew était connue pour développer et exporter des produits finis technologiques dans différentes parties du monde. Ces exemples ont servi d’inspiration au Rwanda.

Source: ktpress.rw

Le Rwanda progresse si vite et rivalise avec les économies avancées.

Selon le Forum économique mondial, c’est l’Afrique qui connaît la plus forte croissance économique avec une croissance annuelle de 8% de son PIB. De plus, le pourcentage de personnes vivant sous le seuil de pauvreté a diminué d’environ 12% depuis 2005; et le niveau moyen d’alphabétisation et l’espérance de vie se sont également améliorés. Les principales raisons de la croissance économique du Rwanda sont l’industrialisation, la diversification et la commercialisation.

L’économie rwandaise est florissante grâce à la technologie et à l’innovation. Le gouvernement a encouragé les activités industrielles et investi dans celles-ci en encourageant la création d’innovations et de perturbateurs.

Dans le même ordre d’idées, le gouvernement a créé un moyen de permettre aux entreprises locales de s’épanouir, tout en créant un environnement propice aux activités des entreprises étrangères. Bon nombre de ces entreprises fournissent une base de revenus au gouvernement.

Un bon exemple est le moment où MTN souhaitait entrer sur le marché rwandais en 1998, lorsque le gouvernement décida d’acheter une participation de 20% dans la société. Cela était motivé par l’ambition non seulement d’inciter l’entreprise à opérer dans le pays, mais également de garantir aux citoyens l’accès à des services de télécommunication abordables. Le gouvernement a pu tirer parti de ces investissements pour le bien public.

La diversification est un autre facteur responsable de la montée du Rwanda en tant que figure économique de l’Afrique. La plupart des pays africains dépendent uniquement des ressources naturelles comme seule base économique, en particulier des pays producteurs de pétrole. L’exportation est donc la principale source de leurs revenus.

Le Rwanda, d’autre part, s’est efforcé d’assurer de multiples sources de revenus à l’agriculture, aux petites entreprises et aux grandes industries.

En outre, le gouvernement s’est également efforcé de financer le tourisme en tant que source de revenus supplémentaire pour l’État. Une stratégie visant à garantir que le Rwanda devienne la destination de réunions, d’expositions, d’expositions et de sommets africains, ainsi qu’une plaque tournante pour les jeunes entreprises et les entrepreneurs africains.

Encore une fois, le pays jouit de la stabilité politique, facteur clé du développement socio-économique de la plus longue période sous Paul Kagame.

Le président Kagame, un visionnaire, a procédé à des réformes dans le secteur public. Grâce à son leadership, le gouvernement a fait preuve d’une tolérance zéro envers la corruption au sein de la fonction publique et a réduit la dépendance externe vis-à-vis des prêts et des aides. Un rapport récent de Transparency International a classé le Rwanda comme le troisième pays le moins corrompu d’Afrique.

Lors de sa visite dans le pays en 2018, Kristalina Georgieva, PDG de la Banque mondiale, a également affirmé que “le pays a moins recours aux dons et finance actuellement environ 84% du budget national.”

 

Rwanda strikes partnership with Chinese e-commerce giant Alibaba

Ces réformes comprennent également la réduction de l’écart entre les sexes; À ce jour, le Parlement compte environ 64% de femmes, contre 22% en moyenne dans le monde, ce qui place le Rwanda au rang d’égalité des sexes plus élevé que beaucoup de soi-disant démocraties avancées et pays industrialisés, avec davantage de femmes au Rwanda autonomisées sur le plan économique et politique.

En résumé, il y a des leçons valables à tirer de l’évolution du Rwanda en tant que puissance économique prometteuse au-delà des rives de l’Afrique. Ce pays d’Afrique de l’Est a mis en place des mesures favorisant la croissance future, offrant ainsi au monde entier un soutien aux PME, encourageant les activités industrielles, réorganisant le secteur public afin d’éliminer la corruption et l’inefficacité, promouvant l’inclusion des sexes et dirigeant une économie axée sur la technologie est essentielle au développement économique .

La présence de tous ces facteurs fait du Rwanda l’un des premiers pays du monde en Afrique. Cependant, cet espoir peut s’effondrer en l’absence de Kagame en politique, que ce soit pour cause de décès ou de fin du mandat.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *