Sénégal : des ONG pressent Macky Sall de renoncer au 3e mandat

Des organisations sénégalaises ont pressé jeudi le président Macky Sall de dissiper le doute et de déclarer ouvertement qu’il ne briguerait pas sa propre succession en 2024, candidature susceptible selon elles de semer le « chaos ».

Macky Sall, élu en 2012, réélu en 2019, entretient depuis des mois le flou sur ses intentions, alors que les avis divergent sur sa légitimité à se représenter et que l’opposition promet une résistance farouche s’il franchit le pas.

La Constitution stipule qu’un président ne peut exercer plus de deux mandats consécutifs. Mais un certain nombre de voix s’élèvent dans le camp présidentiel pour défendre l’idée d’un troisième mandat en invoquant la révision constitutionnelle de 2016, qui remettrait les compteurs à zéro d’après eux.

Dans une déclaration publiée jeudi, des organisations de défense des droits humains et de la démocratie comme AfrikaJom ou la Raddho, associées à d’autres, rappellent qu’ailleurs en Afrique par le passé le forcing pour un troisième mandat a eu des conséquences « particulièrement tragiques », apparente référence à des précédents guinéen, ivoirien ou même sénégalais. Elles disent vouloir « éviter à notre pays un scénario du chaos ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *