RDC : « Mon successeur aura surtout besoin de dignité », Joseph Kabila

 

Le président congolais, Joseph Kabila, a assuré que les « élections vont bien se passer » en République démocratique du Congo (RDC) sans les observateurs de l’Union européenne et des États-Unis qui « ont déjà préparé leur rapport avant même le jour du vote ». Kabila s’exprimait dans une interview accordée au quotidien belge « Le Soir » et publiée samedi.

Relatif aux élections de décembre prochaine, le président indique que « nous avons pris l’option de les organiser nous-mêmes, ce qui nous coûte cher, mais c’est une question d’indépendance, de souveraineté », ajoutant que les observateurs de l’UE (qui avait imposé depuis 2 ans des sanctions sur 15 personnalités congolaises) ne seront pas invités. Interrogé au sujet des détenus politiques non encore libérés, Il a précisé ne pas souhaiter « discuter des affaires qui relèvent strictement de la justice ». Il a, toutefois, tenu à préciser qu’ »il n’y a pas de détenu strictement politique” dans les prisons en RDC. Kabila est, en outre, revenu, à plusieurs reprises, sur les relations entre la RDC et la Belgique. « Il y a des des Belges qui croient encore que le Congo est une colonie belge » a-t-il regretté soulignant que la RDC n’a de comptes à rendre à aucune partie étrangère.

Au pouvoir depuis 2001, Kabila cédera son poste en janvier prochain à la faveur de celui qui remportera le scrutin du 23 décembre parmi 21 candidats en lice dont celui de la coalition au pouvoir, Emmanuel Ramazani Shadary. « Mon successeur aura surtout besoin de dignité », a déclaré le président congolais, soulignant que sa coalition, le front commun pour le Congo (FCC)  » travaille fort » pour « gagner haut la main » ces élections. En RDC, les élections (présidentielles, législatives et provinciales) sont prévues le 23 décembre prochain.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *