Le Zimbabwe licencie plus de 3 000 fonctionnaires

Le gouvernement du Zimbabwe a commencé à licencier un peu plus de 3 000 travailleurs de son ministère de la Jeunesse , alors qu’il tente de tenir sa promesse de supprimer la fonction publique trop lourde et d’assainir les finances du pays.

Les salaires du secteur public représentent plus de 90% du budget national de 4 milliards de dollars du Zimbabwe – une situation jugée insoutenable par des prêteurs étrangers comme le Fonds monétaire international, avec laquelle le Zimbabwe voudrait éventuellement mettre en place un programme de réforme économique.

Dans un communiqué, la Commission de la fonction publique a annoncé qu’elle supprimerait 3 365 officiers de la jeunesse du ministère de la Jeunesse, des Sports, des Arts et des Loisirs vendredi, conformément au plan annoncé dans le budget de novembre.

«Les jeunes officiers recevront leur argent en lieu et place des jours de congé accumulés et leur argent en guise de préavis», a-t-il déclaré.

Le président Emmerson Mnangagwa subit des pressions pour rétablir une économie en ruine pendant près de quatre décennies sous le règne de Robert Mugabe, qui avait bloqué les efforts visant à réduire les salaires de la population avant d’être éliminé par un coup d’Etat militaire fin 2017.

Cependant, l’administration de Mnangagwa est aux prises avec une pénurie de dollars paralysante et un déficit budgétaire croissant, ainsi que la confiance ternie des investisseurs dans un pays autrefois appelé le grenier à pain de l’ Afrique .

En octobre, le gouvernement zimbabwéen a approuvé un programme de relance économique axé sur la masse salariale.

Réduire les dépenses inutiles sera essentiel pour aider le pays à régler plus de 2 milliards de dollars d’arriérés aux créanciers, condition préalable à l’aide du FMI.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *