Kako Nubukpo, « le franc CFA n’est pas loin de la retraite »

Dans la perspective des assemblées d’automne du FMI et de la Banque mondiale qui se tiendront à Bali (Indonésie), du 12 au 14 octobre 2018, les experts et les ministres des Finances des 14 Etats ayant en partage le Franc CFA, échangeront, lundi 8 octobre à Paris, avec Bruno Le Maire, ministre français de l’Economie et de finances, sur les grands enjeux économiques et monétaires de la zone.

Mais ce débat sur le franc CFA, qui se tiendra à Paris, loin des réalités africaines, intéresse aussi le professeur Kako Nubukpo, économiste et ancien ministre togolais de la Prospective, qui a toujours prôné, une sortie des pays africains de cette monnaie coloniale.

Dans un entretien accordé au site L’opinion, le professeur Kako Nubukpo qui juge urgent de revoir la parité fixe entre le franc CFA et l’euro, interrogé par Pascal Airault a déclaré « …on n’est pas loin de la retraite [Du franc CFA, ndlr], pour deux raisons principales. Le premier, c’est que les questions de compétitivité des économies africaines de la zone franc se posent avec beaucoup d’acuités à l’heure actuelle. De l’autre côté, la question de financement des économies de la zone franc, où les taux d’intérêts sont à deux chiffres, fait qu’on se dit qu’il sera difficile de se développer avec un coût du crédit aussi élevé. Donc, la retraite [du franc CFA, ndlr], n’est pas loin… »

Toutefois, l’ardent défenseur de l’abandon du franc CFA et ex-directeur de la Francophonie économique et numérique au sein de l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF) a précisé qu’il « faut travailler de sorte que nous puissions sortir du CFA avec une monnaie qui va apporter la prospérité partagée pour les économies de la zone franc. »

Alors que de plus en plus de voix s’élèvent sur le continent africain pour demander la création d’une monnaie commune et la disparition du F.CFA , le ministre français de l’Economie, Bruno Le Maire, a déclaré à propos du Franc CFA : « Je crois que le F.CFA garantit à tous les Etats membres de la stabilité et c’est important d’avoir de la stabilité monétaire dans un environnement économique qui est toujours plus incertain».

Si à l’instar du professeur Kako Nubukpo, de plus en plus d’économistes des pays de l’Uemoa se prononcent, ouvertement, contre cette « monnaie de servitude », les pays membres de la CEMAC  sont, jusqu’à présents restés muets à propos du sort de cet instrument du système néo-colonial et impérialiste de l’Etat français, qu’est le franc CFA.

Rappelons que le 08 décembre 2017, Kako Nubukpo a été relevé de ses fonctions de Directeur de la francophonie économique et numérique par la Secrétaire Générale de l’Organisation internationale de la francophonie, Michaël Jean. Il lui était reproché, son activisme en faveur du franc cfa, notamment sa publication (Sortir l’Afrique de la servitude monétaire) dans laquelle il a critiqué le Chef d’État français, Emmanuel Macron.

beninwebtv

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *