Côte d'Ivoire : Ouattara candidat sur fond de violences ethniquesCôte d'Ivoire : Ouattara candidat sur fond de violences ethniquesCôte d'Ivoire : Ouattara candidat sur fond de violences ethniquesCôte d'Ivoire : Ouattara candidat sur fond de violences ethniquesCôte d'Ivoire : Ouattara candidat sur fond de violences ethniquesCôte d'Ivoire : Ouattara candidat sur fond de violences ethniques -

Côte d’Ivoire : Ouattara candidat sur fond de violences ethniquesCôte d’Ivoire : Ouattara candidat sur fond de violences ethniquesCôte d’Ivoire : Ouattara candidat sur fond de violences ethniquesCôte d’Ivoire : Ouattara candidat sur fond de violences ethniquesCôte d’Ivoire : Ouattara candidat sur fond de violences ethniquesCôte d’Ivoire : Ouattara candidat sur fond de violences ethniques

Le président Alassane Ouattara a déposé lundi sa candidature à la Commission électorale indépendante à Abidjan, appelant à la « paix » après les violences qui ont fait au moins huit morts depuis l’annonce de son intention de briguer un troisième mandat controversé. Entouré des membres de son gouvernement, il a déclaré : « Je l’ai dit à maintes occasions que la démocratie, c’est de respecter les délais et les procédures liés à la préparation des élections. Je me réjouis donc d’avoir posé cet acte pour l’élection présidentielle du 31 octobre 2020. »

Élu en 2010 et réélu en 2015, Alassane ouattara avait initialement annoncé en mars son intention de ne pas se représenter à l’élection présidentielle du 31 octobre et de passer le relais à son Premier ministre Amadou Gon Coulibaly. Mais ce dernier est mort subitement le 8 juillet d’une crise cardiaque.

La constitution, révisée en 2016, limite à deux le nombre de mandats présidentiels. Pour les partisans de Ouattara cette révision a remis le compteur de mandats à zéro, tandis que ses opposants affirment qu’une troisième candidature est inconstitutionnelle.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *