Cameroun: un des candidats à la présidentielle du 7 octobre, condamné à 3 ans de prison

 

Au Cameroun, un candidat à la présidentielle du 7 octobre 2018, a été condamné à une peine de prison par un tribunal du pays, rapporte Koaci.

« Dissimulation de procédures, faux et usage de faux en écriture privée de commerce », ce sont les chefs d’accusations pour lesquels le candidat du FPD à la présidentielle passée et ancien bâtonnier, Akere Muna a été reconnu coupable et le tribunal l’a condamné à 3 ans d’emprisonnement avec sursis. Il écope également d’une amende de 1 000 000 FCFA, de 511 000 FCFA de dépens et 10 000 000 FCFA de dommages-intérêts.

Résultat de recherche d'images pour "akere muna"Résultat de recherche d'images pour "ama tutu muna"

Selon le média, les faits qui lui sont reprochés se rapportent à une plainte déposée contre lui par sa sœur Ama Tutu Muna,-ex-ministre des Arts et de la culture, relative à « la succession Salomon Tandeng Muna, ancien Premier ministre du Cameroun anglophone (du 11 janvier 1968 au 20 mai 1972) président de l’Assemblée nationale du Cameroun (1973-1988) », indique Koaci. Cependant, Akere Muna crie au complot et à une tentative de déstabilisation de sa personne par le pouvoir via l’instrumentalisation de sa sœur qui se prêterait au jeu. Les résultats de l’élection présidentielle du 7 octobre ont  crédité Akere Muna de 0,35% des voix.

beinwebtv

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *